X-Men : le commencement – Le meilleur ?

Ce dernier film relatant les histoires des mutants de Marvel reste dans l’optique du précédent épisode : X-Men Origins : Wolverine. Dès sa sortie X-Men: Le Commencement a été encensé par la critique, certaines sont même allées jusqu’à dire que c’est « le meilleur film de la série » (Filmsactu). Pourquoi cet engouement soudain, pour un film soit disant commercial ?

Tout d’abord, il faut savoir que ce dernier épisode contraste fortement avec les trois premiers films de la série, dans la mesure où le scénario semble tenir une place largement plus importante. En effet, le film raconte le « tout début » de l’aventure X-Men, ce qui implique une projection lointaine dans le passé mystérieux de Magnéto et Professeur X. C’est ici, pour moi, que réside tout le charme du film. Dès lors, un fan de la série va savoir apprécier chaque instant, et chaque secret révélé sur ce vingtième siècle secrètement dirigé par ces mutants. Le rôle des personnages est clé, car c’est justement eux, inaccessibles voire même incompréhensibles dans les précédents films, dont les secrets sont révélés. De plus, la vision des personnages clés de la série entrain de découvrir leurs pouvoirs et les utiliser maladroitement dans leur débuts place le spectateur dans une certaine intimité avec ces « monstres » qui est somme toute très agréable, surtout pour un fan de la série.

Néanmoins, malgré une place plus importante donnée au scénario, les effets spéciaux n’ont pas disparus. Ils sont toujours là et donnent un aspect intense à la découverte des pouvoirs  lors des affrontements. Pour les fans de la série, rien d’alarmant, vous serez toujours aussi excité sur votre fauteuil à la vue de Magnéto ou du Crieur déchainés.

Le crieur

Enfin, un autre aspect n’est pas à négliger : les acteurs. Il incarnent parfaitement les versions jeunes des héros de la saga, versions qui semblent avoir été faites pour eux, preuve d’un casting de qualité. Ces derniers sont parfaitement dans le jeu, James McAvoy, héros de Wanted (avec Angelina Jolie), malgré un visage jeune et bon enfant, arrive à dégager la maturité et ce regard quelques peu manipulateur présent chez le professeur X.

C’est en réalisant un compromis pareil que Matthew Vaughn, arrive à dégager la perle des X-Men. Toutefois, il faut noter que si vous ne connaissez pas la série X-Men ou que vous n’en n’avez jamais entendu parler, le film est sans aucun intérêt pour vous… Car le rôle essentiel de ce dernier opus est purement analeptique et redonne une certaine beauté à la série. Le prendre comme premier opus lui retirerait l’intégralité de son charme.

Ne vous méprenez pas, certes X-Men : Le commencement mérite certaine louange, pour le contraste qu’il établit par rapport aux autres épisodes de la série. Toutefois, cela reste un blockbuster hollywoodien comme on en a vu beaucoup et ce, malgré une place plus importante accordée au scénario… Selon moi, les critiques, pour celles qui l’ont intensément loué, étaient probablement des fans de la série et ont perdu une once d’objectivité. Si vous êtes un cinéphile averti et que vous aimez les films d’auteurs, ainsi que plus généralement, les films marquants sur le long terme : ceci n’en est pas un ! C’est certes, l’un des meilleurs blockbuster du moment, mais est loin de mériter une telle critique en comparaison avec d’autres.

Note : 2/5 Bon film, néanmoins quelque peu surcoté selon moi. Un film agréable et marquant sur le coup, mais vite vu et vite oublié. Une note qui pour moi n’est pas spécialement mauvaise pour le genre, vous vous en souviendrez à peine une semaine après l’avoir visionné, c’est pour cela que donner plus serait sans aucun doute une erreur.