Woody Allen, un destin d’exception

Affublé de ses grosses lunettes et de son incontournable auto-dérision, Woody Allen alias Allen Stuart Königsberg a accepté de se livrer au jeu d’une relecture de sa carrière professionnelle pour la première fois.

Le documentaire porte un regard différent sur la vie du cinéaste et réalisateur le plus prolifique des États-Unis. Réalisé par le journaliste Robert B. Weide,  ce dernier avait contacté Woody dix ans plus tôt pour lui projeter sa volonté de réaliser un documentaire qui retrace sa carrière exceptionnelle, mais en vain. Woody Allen finit par céder devant autant de détermination et d’insistance du journaliste qui aura eu le mérite de ne pas laisser tomber jusqu’à obtenir une réponse favorable à sa requête.

Ce film a le mérite d’insister sur le parcours remarquable du cinéaste New-yorkais qui, à 17 ans, gagnait déjà plus que ses parents en écrivant quotidiennement 50 gags pour 25 $ la semaine. Son premier film réalisé en 1968  » Prends l’oseille et tire toi  » n’attira pas la foule, mais sa collaboration avec Diane Keaton dans  » Annie Hall  » va propulser ses premiers succès vers le sommet de Hollywood en remportant pas moins de quatre Oscars, le succès de ce film est énorme et ne se démentit pas avec les 5 films qui suivirent qui étaient également de pures comédies. Avec une filmographie qui n’en finit pas de s’étendre, Woody Allen est incontestablement le meilleur cinéaste de sa génération.

Entretiens, extraits de films, mais aussi des témoignages de certaines célébrités qui viennent ponctuer et rythmer l’ensemble du film : Scarlett Johansson, Penelope Cruz, Diane Keaton, Sean Penn, Wilson Owen et beaucoup d’autres artistes qui ne tarissent pas d’éloges envers ce petit bonhomme malingre.

Les fans de ce réalisateur de génie éprouveront un grand plaisir à écouter le cinéaste partager sa jeunesse de gamin hyperactif, ses passions et ses admirations. D’autres scènes burlesques pimentent cette œuvre que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Dévoilé au tout début du festival de Cannes, ce documentaire hagiographique a rallié tous les suffrages de la critique mais également du public qui a applaudi la fraîcheur, l’authenticité et l’humour du cinéaste qui a fait de ce film une œuvre pétillante de sincérité qui ne laisse personne de glace. Il suffit de regarder la bande annonce pour s’en rendre compte, une vraie flopée de bonheur.

Image de prévisualisation YouTube