Woodkid à Montréal, on y était !

Stage-of-the-Art-Audemars-Piguet-Woodkid-02 (1)

L’ayant raté le 1er Juillet, nous ne pouvions pas nous permettre de manquer une fois de plus Woodkid à Montréal. Armés du billet acheté un mois à l’avance, nous guettions, impatients, la date fatidique. Impatients mais perplexes, car bien que le talent de Yoann Lemoine ne soit pas à remettre en question, les probabilités pour que celui-ci s’adapte parfaitement au format live restaient minces.

En effet le genre de l’artiste est plus cérémonieux et sobre… pas vraiment le type de musique que l’on cherche pour danser. Mais au final, c’est une très bonne surprise que nous avons eue : Après une première partie de Black Atlass (qui est lui-même très étonnant) et 45 minutes d’attente, arrive Woodkid. Sur un péplum digne de l’arrivée d’un empereur romain déboule un mini-hipster, casquette sur la tête et baskets aux pieds.

297552198_640

Loin de son image d’artiste inaccessible et compliqué, l’artiste nous adresse quelques mots sur un ton très familier, comme un pote qui viendrait boire un verre à la maison. Mais pas d’illusions, car au moment où le concert commence vraiment, c’est bien le maître que l’on retrouve en face. La vraie voix s’installe, la vraie musique aussi. Il faut dire que ce soir-là, on a eu la chance de le voir accompagné de pas moins de six violons, d’un trombone, d’une trompette, d’un tuba, et de deux grosses caisses… Un véritable orchestre symphonique tant à la vue qu’au son. Loin d’être religieuse, la musique qu’il joue est très bien accueillie par le public : une ambiance incroyable saisit peu à peu l’audience jusqu’à Run boy run, où la ferveur de celui-ci oblige l’artiste à faire durer sa chanson 15 minutes. Plus qu’un simple récital, c’est un show que nous a offert Woodkid ce soir là, de la musique qui vous prend aux tripes, de nouveaux morceaux, une ambiance du tonnerre, l’un des meilleurs concerts dont on se souvienne.

Woodkid11

Pour clôturer le spectacle, Woodkid nous offre une version acoustique de son titre phare Iron. Ayant pour seul accompagnement le son des six violonistes, il entame une démonstration magistrale de ses capacités vocales, et nous laisse repartir sur le rêve d’un concert prochain avec un orchestre symphonique (qu’il a lui-même annoncé !).

Enfin, Woodkid en live c’est plus qu’un simple concert, c’est un spectacle ! Les jeux de lumières et les images projetées guident le spectateur tout au long du show et donnent une dimension nouvelle à l’artiste. Alors, si un jour, vous avez l’occasion de voir Woodkid en concert, ne la manquez pas ! Un spectacle grandiose, des sons magiques et la seule envie que ça ne s’arrête jamais, voila tout ce que vous risquez !

Image de prévisualisation YouTube