Une Cameron Diaz plus qu’en forme dans Bad Teacher

Depuis le temps où j’attendais ce film avec impatience, je dois dire que j’ai été réellement déçue. Certes, on retrouve ici une Cameron Diaz telle qu’on l’a connaissait, douée pour la comédie légère et pourvue d’un visage comique et ductile qui donne raison à son corps.
Au début, on s’accroche. Histoire typique: Elizabeth Halsey (Cameron Diaz) s’apprête à quitter l’école où elle travaillait à titre de professeure pour épouser un riche héritier sur lequel elle avait réussi à mettre la main. Mais voilà qu’il la largue après s’être rendu compte de sa cupidité et lui renvoie tous les rêves faciles qu’elle avait mis du temps à ériger. Elle se voit donc obligée de retourner à l’école, adoptant cette fois son comportement vulgaire, mal embouché et glouton, avec la conviction que ses petits seins sont la raison pour laquelle elle n’arrive pas à pêcher un riche qui se laissera duper par sa beauté. Elle emploiera donc moult moyens pour pouvoir s’approprier le montant exorbitant que vaudra sa chirurgie, notamment après avoir fait la connaissance Scott Delacorte (Justin Timberlake), riche héritier qui vient de rejoindre l’école. Vous aurez deviné: quand grossiereté et avidité insatiable se rencontrent, on s’attend à voir de la bonne chair Camerounienne nous enjoliver l’écran.


Cependant, je ne vous spoile pas la film mais  vous en aurez sûrement flairé les prémisses. Voilà. Dénué d’intelligence, de mystère, un film cru que nous concocte Jake Kasdan. Une morale à la noix. Sans oublier la médiocrité du long-métrage qui ne répond pas assez à sa catégorie « Comédie », en dehors d’une flopée de « fuck » crachée à longueur de soirée, je n’ai même pas eu ma part de crampes aux joues. C’est un film parmi tant d’autres qui ne doit sa popularité qu’à son casting.
Bref, c’est le genre de films qu’il faut voir quand on s’ennuie, par un de ces dimanches mornes -et pluvieux- qui vous mettent la pression pour le lendemain.

Note: 2.5/5

Image de prévisualisation YouTube