Un court avant le Shour : L’emploi de Santiago Bou Grasso

  • Cinéma 
  • samedi 18 août 2012 à 02:23 GMT

« Une conséquence immédiate du fait que l’homme est rendu étranger au produit de son travail : l’homme est rendu étranger à l’homme. » Karl Marx.

Telle est la citation que vous trouverez en commentaire de ce court métrage. Karl Marx a ainsi résumé la pathologie d’un système devenu aujourd’hui aux yeux de la masse consumériste, dépourvue du moindre recul, le paradigme unique dans lequel l’homme peut vivre et « Évoluer », hélas misérablement !

« L’emploi », de son titre original « El empleo », est un court métrage argentin muet, produit en 2008, œuvre du réalisateur d’animation Santiago Bou Grasso. Il a reçu une trentaine de prix et distinctions dans divers festivals à travers le monde.

Ce court métrage décrit le parcours morbide, routinier, vide et dénué de sens d’un homme moderne, qui n’est d’ailleurs que le reflet de millions d’autres dans ce monde, se réveillant le matin pour se diriger vers son travail. Ce qui est saisissant dans « L’emploi », c’est la chosification de l’homme poussée à l’extrême. Une assimilation douloureuse de l’homme aux objets mais qui ne fait pourtant que relater la réalité vécue en ces temps de triomphe du capitalisme. Ce système monstrueux et engloutissant, dans lequel l’être humain est relégué au rang de « ressources », et donc de simple moyen de production, l’adjectif « humaines » n’atténuant guère l’amertume de l’aliénation ! Ce système où seules comptent les notions de croissance et de profit.

« L’emploi » est donc un simple petit rappel pour ne pas se laisser engloutir, pour ne pas oublier de vivre même, comme l’ont fait plusieurs générations avant nous. Une alerte pour ne pas se laisser consommer comme une simple ressource, par une machine sans merci, qui ne nous réveillera qu’à l’aube de nos soixantaines, et ce ne sera que pour nous éjecter, car nous ne lui serons plus utiles.

Image de prévisualisation YouTube