Tours et détours de la vilaine fille

  • Livre 
  • mercredi 3 août 2011 à 15:54 GMT

L’Amour d’un homme pour une Femme, à qui la vie n’a pas appris comment aimer un Homme…Découvrons le Pérou, Paris, Londres et Madrid à travers le temps : des années 50 aux années 90, à travers un amour obsessionnel, une sarabande rythmée par des fantaisies qui représentent et révèlent pour nous tous, le vrai imaginaire collectif de l’amour : aventure, passion, tromperie, jalousie, ruptures et retrouvailles…

Mario Vargas Llosa, célèbre écrivain Péruvien qui reçoit le prix « Nobel de la littérature » en 2010, est considéré comme l’un des plus imminents écrivains latino-américains des années 60 et de nos jours. Alors que Gabriel Garcia Marquez n’a plus rien à prouver au monde des épris de la littérature, connaître Llosa à travers ses œuvres est également un impératif de la lecture du continent latino. Non que les distinctions littéraires ne soient pas représentatives de la qualité d’un roman, mais il faut avouer que ce ne sont pas nécessairement les éléments qui devraient amener un lecteur à s’intéresser à celui ou celle qui, devant une page blanche, a réussi à capturer ces tumultueuses idées et pensées qu’ils tirent des réalités et des imaginations qui nous sont propres, nous autres êtres humains…Nombreux sont les écrivains initialement ignorés, inexplorés et qui se sont révélés être de grands auteurs, références d’idées utilisées jusqu’à la nuit des temps…

Ceci dit, Dans le palmarès de Llosa on compte le « Prix Cervantes » en 1994, le « Prix de Jerusalem » en 1995 et 2005, le « Irving Kristol Award » de l’American Entreprise Institute, puis en 2010, le Roi Juan Carlos d’Espagne lui a même offert le titre de « Marquis ».

Mario Vargas Llosa

Mario Vargas Llosa

Le titre de ce roman attise la curiosité. Que fait cette vilaine fille pour être qualifiée de cet attribut ?  Ici, Llosa a créé un personnage de femme encore plus manipulatrice que ce que l’on peut imaginer des femmes. Un genre de femme capable d’être plusieurs genres à la fois : fidèle, infidèle, sympathique mais détestable, perverse, attendrissante, une salope attachante…une sorte de femme qui personnifie la totalité de l’intérieur de nous-mêmes : le meilleur et son pire. Cette vilaine fille inventée par Llosa est surprenante ; elle nous offre des détournements à des moments impropices, improbables…au moment où l’on croit à un aboutissement heureux, au moment où l’on pense qu’elle s’est repentie et que l’amour a fini par triompher par-dessus ces calculs mesquins et matérialistes de l’impératif de la survie, elle nous surprend !

Je n’ai jamais rencontré ce type de femmes mais nul doute qu’elle existe…Le personnage masculin, pour sa part, est également tout à fait surprenant : Ricardo, jeune Péruvien, est tombé amoureux d’elle étant très jeune. Elle: Lily la petite Chilienne, la camarade Arlette, Mme Robert Roux, Mrs. Richardson, Kuriko,  Mme Ricardo Somocurcio et Otilia…cette même femme a fait sa vie et les hasards du temps et de l’espace ont fait de lui l’homme de cette femme et à nulle autre tout le long de son existence.

Ce roman est écrit avec un degré de naturel impressionnant, son style est impeccable, ses descriptions ne sont pas ennuyeuses et les mots choisis pour décrire les sentiments sont joués avec une musicalité qui rend tout lecteur empathique à ce que les personnages vivent.  L’instinct qui semble ressurgir chez nous, lorsque la raison intervient lors d’un amour qui devient irraisonnable et douloureux, n’existe pas dans cette belle histoire…et comment cette folie amoureuse est racontée mérite d’être lu !