Taoufiq Izeddiou relance la capitale européenne de la culture

 Le chorégraphe marocain Taoufiq Izeddiou a présenté « 100 pas presque », une performance de danse au tempo relativement lent, durant un coucher de soleil typiquement marseillais.

Le Maroc est actuellement invité à Marseille, l’une des deux actuelles capitales européennes de la culture. Ce label créé depuis 1985 est attribué chaque année à deux villes du continent -l’autre candidate choisie pour 2013 est Košice en Slovaquie. En cette fin du mois a donc lieu « Août en danse », un ensemble de spectacles consacrés à la danse en Méditerranée. Et c’est notre chorégraphe et danseur national Taoufiq Izeddiou qui a été chargé de l’ouverture.

« 100 pas presque » s’est déroulé le samedi 24 août au Vieux-Port, le lieu le plus emblématique de la ville. Dans cet espace public, Taoufiq accompagné de ses danseurs s’est prêté au jeu de parcourir 100 m en un peu moins d’une heure. Un principe pour le moins singulier, dont l’insoutenable quasi-immobilité s’est surtout exprimée durant le premier quart d’heure. Les artistes ont petit à petit fait du chemin, alternant ralentis et mouvements saccadés, et chaque danseur de son côté a occupé l’espace en solo, face au public.

« Marcher, c’est chuter sans cesse. Chuter, c’est apprendre à marcher », Taoufiq Izeddiou

Taoufiq Izeddiou, qui a co-fondé la première compagnie de danse contemporaine du pays (Anania), participe à d’autres pièces de l’événement. Dimanche il se produira à Klap pour le très osé « Rêv’illusion ». Mais il n’est pas le seul Marocain à figurer : Samir El Yamni, français d’origine marocaine, est à l’affiche de « Carnets de route », samedi et dimanche, et pour « Miniature Officinae », un rassemblement d’une vingtaine de miniatures à la Friche de la Belle de Mai, ils seront deux : Meryem Jazouli présentera « L’Aaroussa » et Taoufiq la pièce « Jabidia ».

La manifestation s’est terminée en un rassemblement festif avec le public, sur fond de musique arménienne (la photo est prise sur l’ombrière du Vieux-Port)