Sélection littéraire estivale #1

  • Livre 
  • mercredi 13 juillet 2011 à 13:24 GMT

Il fait chaud, très très chaud. Le soleil brille, le son des vagues nous berce et rien de plus apaisant pour combler cette atmosphère qu’un bon livre pour nous rafraîchir les idées et vivre une bonne escapade littéraire. La rédaction d’Artisthick vous a concocté une bonne lecture pour donner du gout a votre été.

On commence avec un recueil de contes du leader de la culture beat américaine Charles Bukowski sous le nom de Contes de la Folie Ordinaire.

Anticonformisme, alcoolisme et enfance douloureuse. Voilà les parfaits ingrédients pour produire un bon écrivain, et Bukowski en est un. Après avoir passé 2 ans de sa vie en Allemagne, ses parents immigrent aux Etats-Unis et il grandit dans la banlieue de Los Angeles. Après avoir écrit par accident et pour la première fois, il se découvre le talent de jouer avec les mots. En découvrant les grands noms de la littérature, il penche vers la critique et la description de Dostoïevski ainsi que la narration d’Ernest Hemingway. A travers ses écritures, on découvre une nouvelle facette de l’Amérique, et la vie quasi-schizophrénique des américains. Grâce à Comptes de la Folie Ordinaire on se détache peu à peu de ce qui nous entoure et on se construit un monde de paranoïa et d’anarchie intellectuelle. Bukowski nous offre une nouvelle perception et la présente comme étant une vérité qui enlève les illusions cachés derrière la routine quotidienne. En ces temps de canicule, ce recueil est un coup de poing à l’estomac avec une bouffée d’air bien fraîche. On se laisse inviter dans les bars de Los Angeles, dans le monde des courses de chevaux, dans les chambres minables des hôtels avec des gens psychotiques. On découvre la fiction autrement grâce à notre Bukowski.

« Bukowski a pleuré dans des hôtels minables, Bukowski ne sait pas s’habiller, Bukowski n’arrive pas à s’exprimer, Bukowski a peur des femmes, Bukowski a des aigreurs d’estomac, Bukowski est un grand angoissé, il déteste les dictionnaires, les bonnes soeurs, la petite monnaie, les bus, les églises, les bancs publics, les araignées, les moustiques, les tiques, les tarés. Bukowski n’a pas fait la guerre, Bukowski est un vieux, voilà quarante-cinq ans que Bukowski n’a pas joué au cerf-volant. Si Bukowski était un singe, il y a longtemps que la tribu l’aurait banni… »

Buk