Sbagha Bagha de retour : le street art envahit Casablanca

  • Arts  - News
  • samedi 12 septembre 2015 à 14:46 GMT

11986509_10153187091357476_6662322883180910441_n

Dans le cadre de la 16ème édition du festival L’Boulevard 2015 organisé par l’association EAC-L’Boulvart, Sbagha Bagha revient cette année du 5 au 15 septembre pour célébrer l’art urbain avec des artistes venus des quatre coins du globe, armés de leurs pinceaux et bombes à peinture, pour réaliser de gigantesques fresques murales. Depuis peu, le street art est en plein expansion au Maroc : après Jidar, Toiles de Rue cette année à Rabat, c’est au tour de Casablanca de se refaire une beauté et de redonner vie à ses rues avec la troisième édition de Sbagha Bagha qui s’annonce très prometteuse. Le programme de cette édition prévoit également une résidence artistique autour du lettrage qui réunira le graffeur et peintre français Neok et quatre artistes marocains: ED Oner, Basec, Gero et Mevok, ainsi qu’un atelier d’initiation à la technique du pochoir animé par la célèbre pochoiriste Btoy, dans lequel les participants seront invités à réaliser des portraits des habitants de leur quartier en pochoir.

A l’affiche du festival Sbagha Bagha 2015, voici les artistes qui feront parler les murs de Casablanca :

 BTOY  ( Espagne )

2

Andrea Michaelsson, de son vrai nom, est l’une des rares femmes à s’être fait une place dans le milieu du street art. Street artist, pochoiriste et photographe originaire de Barcelone, elle est connue pour ses créations extrêmement fines comme les pochoirs détaillés. Btoy peint essentiellement des portraits de femmes : des icônes féminines, figures anonymes ou célèbres, de différentes origines. Elle utilise des couleurs énergiques et combine coups de pinceaux vifs aux lignes aigus de pochoir, en variant les techniques entre peinture en aérosol, acrylique et autres mediums. Btoy aime adapter ses compositions à leurs supports qu’elle choisit irréguliers, anciens et usés comme les murs décrépits, les portes rouillés etc. Elle expose aujourd’hui dans les plus grandes galeries du monde, de Londres à Los Angeles, en passant par Mexico, Barcelone et Bruxelles.

Site : Ancienne médina et Bvd Ghandi.

GR170 ( Espagne )

3GR170

Barcelone, connue pour son anomalie du street art et graffiti, a également engendré un autre street artist célèbre du nom de GR170, surnomé Grito qui signifie en espagnol « cri » : un clin d’œil à ses premiers dessins qui reprenaient des poissons et des visages à la bouche ouverte. L’univers de Grito, amusant et énergique, s’inspire des dessins animés, des jeux videos et de la culture punk. Si ses énormes fresques ont longtemps été réalisées de manière illégale, GR170 est aujourd’hui reconnu dans le monde entier et s’affiche dans les plus grands festivals de la rue. Muni de ses spray, marqueurs et rouleaux, ce qu’il aime par dessus tout c’est « peindre dans la rue et sentir l’odeur de la peinture et du plastique pourri de bon matin ».

Site : Bd Bordeaux.

MILLO ( Italie)

14 millo

Fransesco Camillo, alias Millo, nous vient tout droit d’Italie avec ses fresques connues pour être gigantesques, faites de lignes en noir et blanc et de quelques touches de couleur. Simples et fantaisistes, ses peintures murales incorporent des éléments de l’architecture environnante et créent un paysage que Millo peuple avec d’énormes personnages enfantins. Il doit son sens aigu de l’espace à ses études d’architecture, qu’il a par la suite délaissé pour se consacrer entièrement à son art et assouvir sa passion grandissante pour le dessin. Son travail fait le tour du monde et le fait participer dans les plus grands festivals européens du street art. A travers ses réalisations, Millo cherche à créer quelque chose de beau qui puisse provoquer une réaction émotionnelle. Il démontre qu’une simple intervention d’une peinture murale peut réellement changer la perception de l’espace.

Site : Rue Hassan 1er.

SMITHE ONE ( Mexique )

smithe one1

Street artist, designer graphique et illustrateur, Smithe One est un artiste multidisciplinaire et autodidacte originaire de Mexico. Il s’initie au graffiti dès son plus jeune âge avec ses amis et ne tarde pas à se faire un nom dans la scène internationale du street art. Enfant, il est fasciné par une encyclopédie de voiture de son père où chaque voiture est illustrée par des vues éclatées et des schémas de pièces détachées. Plus tard, il refait la même chose mais avec les parties du corps : ses illustrations traitent souvent des thèmes de l’auto-destruction, le démembrement de l’âme, l’individualité de l’être humain ou encore le rapport de l’homme à la machine. Il s’inspire également de la culture mexicaine, des films et de la science fiction. Ses compositions surréalistes sont pour le moins troublantes, bordéliques et explosives.

Site : Bd Abdelmoumen

SEHER ONE ( Mexique )

seher one2

Dès l’âge de 16ans, Seher est captivé par le graffiti qu’il découvre dans les rues de Mexico et essaye de le décoder. Ce qui a commencé comme un simple passe-temps pendant l’adolescence finira par aboutir à une carrière très réussie de graphiste et de muraliste. Seher aime la couleur, les formes bizarres surréalistes et imaginaires et peut passer des heures à rêver d’un monde parallèle. Il cultive un gout prononcé pour l’association de couleurs fortes, les émotions intenses et pour la saturation qui fait la particularité de ses peintures. Il travaille la ligne et la couleur  pour générer des formes tridimensionnels mutantes, pleines de vie, qui se chevauchent, puisant l’inspiration de la nature et du mouvement des choses.

Site : Bd Zerktouni

 

   NEOK  ( France )

neok

Kevin Neok est un graffiti artist et peintre français qui a fait ses débuts dans les années 80 en peignant illégalement en région parisienne. C’est dans l’atelier de son grand père, le peintre Henry W.Westel, qu’il commence à s’initier à l’art du dessin et de la peinture. Bien qu’il soit l’un des précurseurs du freestyle organique, il affectionne particulièrement le wild style. Fervent défenseur de la culture Hip Hop, il est membre de la ZuluNation, l’organisation internationale pour la prise de conscience hip-hop. Installé au Maroc depuis 2011, Neok a déja réalisé de nombreux graffitis sur les murs de la Médina d’Azemmour et collabore souvent avec l’artiste marocain Morran Ben Lahcen.

Pour sa participation à Sbagha Bagha 2015, Kevin Neok s’associera avec quatres artistes marocains :

ED ONER : Pratiquant le dessin et la peinture dès son enfance, ce jeune casablancais n’a pas tardé à trouver son style qui mêle portraits, lettres et formes géométriques. Il a déja participé à d’autres évènements du street art comme Jidar à rabat et Cosmopolites à Casablanca.

GERO : Mehdi Moutawakkil alias Gero est un graffeur originaire de Casablanca qui exerce déjà depuis 2008. Adepte de la bombe aérosol et du « graffiti writing », il peint ses murs à partir des nombreux croquis qui couvrent ses blackbooks.

BASEC : Basec est un graffeur originaire de Berrechid qui exerce depuis 2010. Son travail,  influencé par de nombreux crews et graffeurs américains et européens, tourne principalement autour des lettres et de la typographie.

MEVOK : Ismail Yemlahi, nommé MEVOK, débute dans graffiti en 2009 en pratiquant le freestyle, avec spontanéité et sans préparation. Il a récemment participé à la réalisation d’un mur lors du festival de Jidar, Toiles de Rue.

Site : Avenue des FAR

NORMAL ( Maroc)

normal

Abid Ayoub, dit Normal, est un grapheur et illustrateur de profession originaire d’Agadir, diplômé de l’école Artcom en 2011. Après avoir pratiqué dans le milieu professionnel pendant trois ans, il décide de se consacrer aux disciplines qui lui tiennent à coeur comme la bande dessinée, le street art, la calligraphie et l’art arabo-islamique. Membre du Fanzine BD « Skefkef » et créateur du projet « Boras », Abid Ayoubi est également co-fondateur de l’association « ligature » qui lutte pour le développement culturel.

Site : Avenue des FAR