Salon du livre : Quel temps fera-t-il au SIEL cette année ?

  • Livre 
  • mardi 31 janvier 2012 à 21:57 GMT

Du 10 au 19 Février prochain aura lieu la 18ème édition du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) à l’Office des Foires et Expositions de Casablanca. En plus d’avoir pour objectif d’accueillir plus de 800 exposants, un record, le SIEL abritera aussi le prix du Maroc du Livre pour l’année 2011. Un prix englobant entre autres, celui des sciences humaines et sociales, littéraires et artistiques ou encore celui de la poésie pour ne citer que ceux-là. En bref, l’édition de cette année se positionne entre conjonctures délicates et pression de la part du milieu associatif, elle se doit alors ,plus que jamais, d’être à la hauteur.

  Credit photo: Amine Bouyarmane

Un évènement qui n’a pas toujours  eu bonne réputation

Cette édition se veut être un très grand défi pour le ministère de tutelle qui est celui de la culture. Et ce pour la simple et unique raison que la précédente édition n’était pas la meilleure et était même très loin de ravir les visiteurs, les écrivains mais aussi quelques associations dont la très sérieuse Association des éditeurs marocains. On lui reprochait notamment l’attitude autoritaire des responsables ainsi que les conditions déplorables de l’évènement qui n’ont finalement fait de ce rendez-vous, grande opportunité pour le livre marocain, qu’une simple rentrée littéraire.

Des promesses 

L’évènement se voit pour cette année épaulé par quelques experts internationaux venus prêter main forte. Au menu, la continuité du respect des normes internationales, et de nouvelles dispositions prises essentiellement pour ce qui concerne les droits d’auteurs et les droits généraux. Quoi de plus prometteur pour un Salon à fort potentiel dont le Maroc a grandement besoin pour redorer le blason de son propre livre.

Des conjonctures délicates et une censure comme point noir

L’édition de cette année se caractérise aussi par l’année qu’elle couvre. 2011, une année de révolution riche en rebondissements et qui a tenu à marquer l’histoire. Outrepasser cela de la part des organisateurs serait très maladroit voire même perçu comme un acte d’ignorance de leur part, que cela soit à l’échelle internationale ou même à l’échelle nationale, au Maroc, où quelques mouvances des plus importantes ont été notées.Il existe aussi comme point noir, et comme question à se poser : Comment un Salon du livre  pourra -t- il se tenir au Maroc alors que même livre primé par le prestigieux prix de la Mamounia est tout simplement censuré au pays,indirectement ? Ici, on l’aura deviné, il est question du Dernier Combat du Captain Ni’imat auquel on interdit toujours l’autorisation d’entrer au territoire. Quoi de plus irrespectueux pour son auteur Feu Mohamed Leftah dont l’ombre planera sans doute sur les rayons du salon.

En bref, l’édition du Salon Internationale de l’Edition et du Livre de cette année s’est résout à être comme un rendez-vous d’une extrême importance, sur lequel de sévères projecteurs seront braqués. Il ne reste plus alors qu’à ne pas rater le rendez-vous, de la part non pas que des visiteurs mais aussi des organisateurs et des instances officielles en charge du Salon.

Pour plus d’informations, il est souhaitable de consulter le programme quotidien de l’édition du SIEL de cette année : Programme quotidien