Pink Floyd en 15 morceaux

On n’arrive toujours pas à y croire mais c’est bien vrai, Pink Floyd revient en Octobre 2014 avec un nouvel album ! Cet album sera composé de morceaux réalisés à partir des pistes laissées par l’écriture de The division Bell, dernier album en date du groupe sortie en 1994. The Endless River, 15ème album du groupe, s’annonce déjà comme l’incontournable de la rentrée, de l’année, que dis-je, du siècle ! Pour l’occasion Artisthick vous permet de revoir vos classiques avec une playlist chronologique des morceaux iconiques de Pink Floyd. Bien sûr cette liste est non-exhaustive et est tout à fait contestable !

Pink_Floyd_(1971)

Pink Floyd est un groupe qui a su traverser les époques, un groupe qui a vécu durant trois décennies extrêmement prononcées, musicalement. En ce sens, la musique de Pink Floyd a elle aussi beaucoup évolué, tout autant que la composition du groupe. Car Pink Floyd n’est pas du même acabit que les autres grands groupes de l’époque, rien à voir avec les Beatles ou Rolling Stones. Chez les Pink Floyd, la vie n’est pas rose tous les jours : des luttes de pouvoir se font sentir au sein du groupe, les chanteurs représentant chacun une ère différente de l’histoire de Pink Floyd.

Ère Barrett

Le premier chanteur du groupe est Syd Barrett, membre fondateur du groupe. Il participera à l’écriture et la composition de la plupart des morceaux des deux premiers albums de Pink Floyd : The piper at the gate of dawn et A saucerful of secrets. Malheureusement, son addiction au LSD oblige Barrett à s’éloigner du groupe, le rendant malade et halluciant. Il sera écarté par les autres membres du groupe en 1968. Loin de lui en vouloir, Wright, Mason, Gilmour et Waters regrettent beaucoup le départ de Barrett et lui rendront hommage tout au long de leur carrière.

1-Astronomy domine

Le premier morceau que j’ai choisi est tout simplement le tout premier morceau de Pink Floyd : Astronomy domine. Ce morceau est l’essence même du groupe à la sortie de leur premier album, The piper at the gate of dawn, un groupe déluré qui colle avec l’époque (l’album est sorti en 1967).

Image de prévisualisation YouTube

On sent dans ce morceau l’immense influence de Barrett, il s’agit en effet d’un morceau essentiellement psychédélique tant dans la musique que dans les paroles. Au niveau des paroles, on sent déjà sur ce morceau l’écriture Pink Floyd : des mots mystérieux, parfois sans grand sens, parfois lyriques voire oniriques. On ne tente plus de comprendre tant l’influence du LSD se fait sentir…

2-Jugband blues

Là encore, c’est une chanson de Barrett. Il s’agit de la dernière du deuxième album du groupe : A saucerful of secrets. Sur ce morceau, Barrett exprime son sentiment quand à son départ du groupe sur un air mélancolique et des paroles tantôt claires tantôt énigmatiques.

Image de prévisualisation YouTube

Ère Pink Floyd

Après le départ de Barrett, le groupe intègre David Gilmour en son sein. Il écrira ainsi à la place de Barrett et prendra la place de guitariste, tandis que Roger Waters récupère le chant. À ce moment de l’histoire du groupe, aucun leader véritable ne se fait sentir, les luttes de pouvoir au sein du groupe sont plutôt inexistantes et la crise Barrett s’est plutôt bien résolue.

3-AtomHeart Mother Suite

Non, ce n’est pas parque j’ai une passion pour les morceaux très très longs que je vous parle de celui-ci, mais bien parce qu’il s’agit d’un véritable incontournable de la discothèque Floydienne. En effet, on ressent sur ce moment les premiers tournants vers un style moins psychédélique, en somme, la patte Gilmour.

Image de prévisualisation YouTube

Bien sûr, cet album reste essentiellement psychédélique dans sa forme et dans ses textes, mais l’on commence à sentir quelque chose de différent, plus cadré, peut-être plus réalisé.

5-Echoes

C’est un monument que je vous présente maintenant, autant imposant par sa taille, 23 minutes, que par sa qualité, Echoes représente à elle seule l’ambiance du groupe à la suite du départ de Barrett. En effet, après avoir écrit, composé et joué la bande originale du film français La vallée qui composera leur troisième album « More »,  le groupe est au meilleur. Il sort alors, en 1971, l’album qui annoncera leur succès : « Meddle ». L’album est en effet perçu comme la première trace des plus grands succès  du groupe et notamment le mythique album The dark side of the moon. Echoes y figure en dernière position et démontre l’union du groupe à cette époque, puisqu’il est écrit par ses quatres membres à la fois.

Image de prévisualisation YouTube

Des rumeurs prétendent qu’une relation existe entre ce morceau et le film « 2001, l’odyssée de l’espace » de Kubrick. En effet, le morceau serait parfaitement synchronisé aves le dernier chapitre du film. Bien que ces rumeurs aient été démenties par le groupe, le sujet reste aujourd’hui un mystère tant les accords entre le son et l’image se suivent par moments.

6- Brain damage/Eclipse

Cette fois je suis obligé de tricher un peu, car ce n’est pas un mais deux morceaux que je vous présente maintenant. « Brain damage » et « Eclipse » sont deux morceaux de l’album « The dark side of the moon », ils sont différents mais se suivent pourtant parfaitement. Ces morceaux sont le symbole de la démarche qui est prise avec ce nouvel album, sorti en 1973, The Dark side of the moon est le premier album conceptuel de Pink Floyd, il raconte ainsi une histoire et est donc fait pour être écouté dans un ordre précis. Cette volonté de faire de l’album un objet uni fera l’une des particularités du groupe tout au long de sa carrière, si bien que le groupe s’opposera à la mise en ligne de ses morceaux sur le réseau Spotify parce que les morceaux ne seraient plus liés par l’unicité formée par l’album en lui-même.

Image de prévisualisation YouTube

The dark side of the moon et notamment Brain Damage/Eclipse sont les premiers hommages rendus par le groupe a Syd Barrett. L’album et ces morceaux en particuliers parlent de la maladie mentale et la façon dont sont traités les malades mentaux à cette époque (« you rearrange me ’till i’m sane »), sujet qui touche particulièrement l’ex-chanteur du groupe qui, à ce moment, est de plus en plus affaibli par les hallucinogènes et les maladies mentales qu’ils occasionnent.

7-Shine on you crazy diamonds

Un autre et sûrement le plus grand des monuments bâtis par Pink Floyd, Shine on you crazy diamond est le morceau le plus long du groupe. Il est enregistré sur l’album Wish You were here sur lequel il est scindé en deux afin de l’ouvrir et  le fermer. Il encadre ainsi les trois autres morceaux de l’album.

Image de prévisualisation YouTube

Wish you Were Here, l’album qui contient le morceau est lui aussi un hommage qui est rendu par le groupe à son ancien leader, Syd Barrett. Ce dernier leur fera la surprise de venir les voir pendant l’enregistrement de l’un des morceaux. Quant il entre dans le studio les membres de groupe ne reconnaissent pas leur ancien compagnon, Waters se met à pleurer quand on  lui dit finalement qu’il s’agit de Barrett. Il est décrit alors par ses anciens collègues comme étrange et presque fou, ils soulèveront le détail de ses sourcils et de son crâne rasé, détail qu’ils utiliseront plus tard pour un autre hommage.

8-Wish You Were Here

Il est impossible d’évoquer Pink Floyd sans parler de ce morceau. L’un des plus forts et des plus beaux du groupe, Wish you were here montre l’excellence du groupe lorsqu’il s’agit d’exprimer un sentiment profond, comme il le fera sur d’autres morceaux tout aussi forts . Car c’est vrai, c’est ici la première fois que Pink Floyd exprime un sentiment qui vient des tripes, quelque chose que l’on ressent en écoutant.

Image de prévisualisation YouTube

Encore une fois, l’hommage à Barrett est omniprésent dans cet album, de la première à la dernière parole en passant par l’illustration de la couverture.

9-Pigs (three different ones)

Animals, dixième album de Pink Floyd est un autre album conceptuel du groupe. Après The dark side of the moon, Pink Floyd reprend dans Animals l’idée de la ferme des animaux de Georges Orwell, ainsi chaque classe sociale est incarnée par un animal. La bourgeoisie est représentée en cochon (pigs), les patrons à la recherche du profit perpétuel sont des chiens (dogs) tandis que le peuple, les consommateurs sont incarnés en moutons (sheep). L’importance d’Animals dans l’histoire de Pink Floyd réside dans le fait que c’est la première fois que l’engagement politique du groupe se fait autant sentir.

Image de prévisualisation YouTube

Il était très difficile de choisir entre les morceaux d’Animals pour en faire ressortir un, mais Pigs s’est imposé par sa virulence dans les paroles, il montre ainsi bien la partialité du groupe quant à la lutte des classes qui est alors une idée très répandue (l’album est publié en 1977). Cette virulence est d’ailleurs souvent catalysée chez Pink Floyd contre une personnalité politique : Margaret Tatcher. Elle est à cette époque chef du parti conservateur britannique mais elle deviendra bientôt premier ministre.

Ère Waters

Après la sortie d’Animals, Roger Waters, alors chanteur et bassiste du groupe commence à écrire et composer. Il écrit principalement autour de l’histoire de son père, militaire tué pendant la seconde guerre mondiale, qu’il n’a presque pas connu. Cette histoire mélangée à quelques autres donnera naissance à l’album The Wall puis The Final Cut qui verront l’émergence de Roger Waters en tant que Leader du groupe. Mais ce leadership sera vite contesté par le reste du groupe qui trouve Waters omnipotent. Waters finira par quitter le groupe en 1985 face à la contestation de son pouvoir trop important au sein du groupe qui faisait émerger de plus en plus de conflits.

10. Comfortably Numb

The Wall, bien qu’il ne soit pas le préféré du groupe, est souvent considéré comme le chef d’oeuvre de Pink Floyd. On y retrouve ainsi toutes les facettes du groupe et  des idées d’Animals ou de The dark side of the moon. L’album comprends 26 morceaux. C’est un concept en trois parties, la musique elle-même, son interprétation sur scène ainsi que le film réalisé par Allan Parker. Il raconte l’histoire de Pink, enfant traumatisé par l’absence de son père mort à la guerre et par la présence d’une mère étouffante. Le groupe aborde dans cet album des sujets complexes tels que le rapport à l’autre, l’isolement et ses conséquences, le consumérisme et ses travers , jusqu’au totalitarisme.

Image de prévisualisation YouTube

Ce titre traite tout particulièrement de l’isolement, de la dépression et de ses conséquences. On y retrouve le thème de l’argent guidant les hommes que l’on avait trouvé sur Money, The dark side of the moon et dans dogs sur Animals.

11-Empty space/What shall we do now

Deuxième tricherie, mais cette fois un peu plus particulière. Le deuxième morceau, What shall we do now, ne fait pas partie de l’album, il a  seulement été intégré au film. Cela me permet ainsi de souligner l’importance du film qui fait de l’album un tout autre objet, sujet à d’autres interprétations. Par exemple ici, What shall we do now, permet d’appuyer l’idée sous-jacente de l’absurdité de la consommation de masse.

Image de prévisualisation YouTube

La masse est d’ailleurs ce qui a inspiré Waters pour The Wall puisque c’est lors d’un concert au stade olympique de Montréal qu’il imagine l’immense mur qui séparera le public de la scène durant la tournée de The wall. En effet alors que le groupe joue, Waters remarque un fan un peu trop excité au premier rang. Exaspéré, il finit par lui cracher à la figure…

12-The hero’s return

The Final Cut est l’apogée de l’ère Waters, il s’agit presque ici d’un album solo du chanteur dans la mesure où il compose et écrit la totalité des morceaux de l’album. Celui-ci raconte l’histoire d’un soldat vétéran de la seconde guerre mondiale qui voit devant lui défiler les nouvelles guerres du XXème siècle avec horreur. Cette idée du soldat traumatisé provient du souvenir du père de Waters.

Image de prévisualisation YouTube

The Final Cut est aussi l’apogée de la critique politique pour Pink Floyd. En effet, l’album entier est une critique de la guerre et plus particulièrement de celle qui menace à ce moment la grande- Bretagne, le conflit des Malouines. À cette occasion Waters n’hésite pas à interpeller Margaret Tatcher à plusieurs moments de l’album en l’appelant simplement Maggie.

13-Two suns in the sunset

Two suns in the sunset est le dernier morceau de The final cut. Il s’agit dans l’histoire de l’album de la fin de l’humanité causée par la guerre nucléaire, conséquence inévitable de la guerre froide. Ce morceau symbolise à lui même le combat pour la paix mené par Pink Floyd. Il s’agit aussi de ma chanson préférée…

Image de prévisualisation YouTube

Le texte, d’une poésie remarquable, tantôt doux, tantôt cruel montre avec efficacité l’absurdité de la guerre nucléaire ainsi que de la guerre en elle-même.

Ère Gilmour

Après le départ de Roger Waters, David Gilmour reprend l’écriture et le chant dans le groupe. Ils ne sont maintenant plus que trois : David Gilmour, Nick Mason et Rick Wright.

14-Learning to Fly

Learning to fly est le deuxième morceau de A momentary lapse of reason, avant dernier album de Pink Floyd. Il s’agit d’un énorme enjeu : survivre au départ de son leader. L’album ne manque pas de qualité et permet au groupe de prendre un nouveau tournant avec la fin des années 1980 (1987).

Image de prévisualisation YouTube

Avec A momentary lapse of reason, le groupe perd presque totalement son côté psychédélique au profit de nouvelles sonorités qui le caractérisent maintenant au même niveau, signe d’un renouveau et d’une réussite pour la bande de Gilmour.

15-High Hopes

High Hopes est le dernier morceau de The division Bell, le dernier album en date de Pink Floyd. Il s’agit d’un morceau qui reprend les paroles oniriques et mystérieuses des premiers albums du groupe. Ainsi le sens et souvent bien caché et assez impénétrable, ce qui ne l’empêche pas d’apparaître magnifique.

Image de prévisualisation YouTube

Le clip du morceau, sublime réalisation typique du genre Pink Floyd, rend un dernier hommage a Syd Barret avec son buste immense porté à bout de bras par des hommes.

C’est une immense carrière que celle de Pink Floyd, jamais calme ou monotone.Elle est le symbole d’un groupe qui a su évoluer au fil des époques et de son caractère. L’album qui s’en vient sera sûrement aussi bon, dans la mesure où il n’inspire pas de la musique actuelle…

Bonus !

Parcequ’il n’est pas possible d’envisager une liste de morceaux de Pink Floyd sans ça …

Image de prévisualisation YouTube