On y était : Visa For Music 2016

1

©Tbeur Amine

Retour sur une troisième édition couronnée de succès.

Du 16 au 19 novembre 2016, Rabat a vibré au rythme des festivités et des musiques du monde à l’occasion de la troisième édition de Visa For Music. Des centaines de professionnels de musique et d’artistes originaires d’Afrique et du Moyen-orient se sont donnés rendez-vous dans la capitale marocaine avec comme objectifs de promouvoir les jeunes artistes de la scène alternative et leur offrir de la visibilité,  encourager la mobilité artistique, abolir les frontières entre l’Afrique et le Moyen-orient et enfin témoigner de l’effervescence culturelle que connait cette région.

Durant les quatre jours du salon, c’est un beau monde qui se réunit autour des espaces du Théâtre Mohamed V et à la salle Renaissance : professionnels, artistes et grand public ne font qu’un. En marge des showcases programmés pour les soirées, l’activité des stands ainsi que les live sessions ont animé les couloirs du Théâtre à longueur de journée. Le parvis du Théâtre a également accueilli la tente Taragalte, caravane culturelle pour la paix où régnait une ambiance festive, sous les rythmes de musique touareg. Une ambiance festive qui a résonné dans la ville, puisque le salon a généré une véritable dynamique et a fait retentir les sonorités africaines et arabes dans les rues de la capitale.

jadal

Le groupe de rock jordanien Jadal, ©Khalil Hassani

Showcases

Pas moins de trente showcases ont été prévus au total avec la participiation 45 artistes, afin de nous faire découvrir les pépites de la scène émergente d’Afrique et du monde arabe. Dans la scène émergente marocaine on retiendra la participation de Rif Expérience, de Géneration Taragalte, du groupe punk rock Betweenatna, des excellents Wachm’nhit, mais aussi celle du populaire H-Name ou encore le saxophoniste Othman El Kheloufi. Les artistes marocains résidents à l’étranger étaient également au rendez-vous tel que Ahaddaf Quartet, Ala zouiten ainsi que le groupe Africa United, dont les membres sont issus de plusieurs nationalités africaines.

Les moments forts de cette édition ont été marqués par la performance des incontournables Jadal, groupe de rock originaire de Jordanie, qui ont inauguré le festival avec succès. On retiendra également celle des palestiniens 47soul qui ont enflammé la scène du Théâtre avec leur style musical particulier qu’ils appellent le Shamstep.  Après leur performance, le groupe est sorti rencontrer son public et échanger avec lui. Une véritable symbiose entre les artistes, le public et les professionnels qui aura régné tout au long du festival.

L’une des découvertes qui nous aura également marqué fut Inna Modja, jeune chanteuse originaire du Mali, dont la musique mêle hip hop et éléctro, sur des textes engagés chantés en Bambara. Une performance qui aura immédiatement emballé le public. On citera également le groupe Yacine and the Oriental Groove, ainsi que le groupe tunisien Ghoula comme étant nos coups de cœur de cette édition.

Enfin, le groupe algéro-québécois Labess restera le grand succès de cette édition. Le spectacle affiche complet, les billets se sont envolés en quelques jours, des jeunes venus de toutes les villes sont venus acclamer Nedjim Bouizzoul et son groupe. Une foule immense, des chansons répétées par cœur par le public : c’est une ambiance de folie qui a emporté la scène du théâtre Mohammed V le samedi 19 novembre. Le show s’est poursuivi par la suite au parvis du théâtre, où le groupe a offert un deuxième concert à l’extérieur.

 

labess

Le chanteur algérien Nedjim Bouizzoul de Labess ©Khalil Hassani

Ateliers de formation et conférences

En marge des showcases, Visa For Music a décidé cette année d’enrichir sa programmation en prévoyant des ateliers de formation liés à la musique, ainsi que des conférences et des débats. Trois ateliers ont été organisés, suite à une séléction, dont un atelier d’introduction à la production musicale ainsi qu’une formation en production et management d’artistes et enfin, une formation sur le développement d’un projet musical à l’international. Les conférences, quant à elles, ont été ouvertes au grand public, et ont abordé plusieurs questions autour des marchés internationaux de la musique et des enjeux en Afrique et dans le monde arabe.  Celles-ci ont abordé comme sujet l’engagement pour la diversité culturelle, la scène musicale indépendante dans le monde arabe, les enjeux de la mobilité artistique en Afrique ou encore les thèmes de l’intégration et de l’export.

hiba-lab

conference