On a écouté : AM d’Arctic Monkeys

Le 6 Septembre, le nouvel album AM des Arctic Monkeys sort et fait déjà bien parler de lui. En effet, le 5ème opus du jeune groupe -certains allant même jusqu’à dire leur meilleur- reflète le long chemin que les britishs ont du faire avant que leurs réalisations ne fassent la une des charts. Un album bien plus mature, mieux travaillé, mélodique, la preuve vivante que l’ère des anglais est loin d’être révolue. 

AM

Un début percutant de l’album avec Do I Wanna Know? Un son propre au groupe, leur griffe bien présente, un groove déjanté urgeant toute personne à danser frénétiquement. Un titre qui combine bien sombres mais aussi notes plus claires, plus « colorées », et qui peut facilement être qualifié du morceau de l’album. L’album enchaîne avec R U Mineun morceau énergétique, mélangeant frénésie et sensualité cassant un peu le rythme hard rock habituel. Ensuite vient One for the Road avec une intro assez spéciale annonçant la couleur de ce qui suit, plus groove, plus pop que les deux titres précédents, moins rock, et montre des maîtrises vocale et instrumentale remarquables. L’évolution du groupe transparaît bien dans ce titre, une chanson mûre, me rappelant particulièrement les hits des Scissor Sisters.

Image de prévisualisation YouTube

Arabella, le 4ème morceau de l’album,  ne m’a pas particulièrement marquée, ce qui n’en fait pas pour autant un flop, bien au contraire. Une belle intro qui nous rappelle un peu les débuts du groupe, une chanson pétillante et bien rythmée, ce qui en va de même pour I Want it All. place maintenant à la révélation, No 1 Party Anthem. Changement de registre de la part d’Arctic Monkeys, pour nous livrer une chanson au rythme plus soutenu, loin des délires propres au groupe. Une écriture complète, une chanson qui comble l’esprit et régale l’ouie, un slow qui fait du bien. Mad Sounds, c’est beau, c’est simple, c’est posé mais surtout très différent. Psychédélique. Une chanson à écouter sous le soleil, très seventies, très british, et qui redonne instantanément le sourire aux lèvres (à la fin, j’ai même applaudi tellement j’ai été émue, quand bien même j’étais toute seule). A consommer sans modération!

Image de prévisualisation YouTube

Fireside marque le retour aux rythmes endiablés des Arctic Monkeys après une très belle pause slow, quoique cette chanson puisse laisser un goût d’inachevé, une impression que quelque chose manque pour en faire un vrai chef d’œuvre, que quelque chose est perdue. En même temps, passer derrière Do I Wanna Know et Mad Sounds n’a rien arrangé.  Why’d You Only Call me When u’re High, ici le groupe s’est essayé à un nouveau genre, un mélange de Pop, Rock, R’n’B, assez réussi à vrai dire, un refrain qui reste gravé  dans l’esprit, un peu comme ces annoying tunes, sauf que dans ce cas s’en est bien loin d’en être une. On enchaîne avec Snap Out of It, où la technique du chant en chœurs est encore et toujours présente pour notre grand plaisir, un ton très joyeux mélangé à une pop savante, ici encore la référence aux Scissors Sisters est très facile. Vient ensuite Knee Socks, un bon morceau certes, mais pas vraiment de la qualité des autres chansons, une intro limite blasante, quelques notes rehaussant le rythme par ci par là, la voix sexy de Turner qui rattrape tout… Décidément, il pourrait nous chanter une grocery list qu’on goberait avec enthousiasme, nous les filles!

ArcticMonkeys02DC060112

Pour finir, I Wanna be Yours nous replonge encore une fois dans la béatitude dans laquelle nous ont laissées No 1 Party Anthem et Mad Sounds, et dont nous ont tirés brutalement les morceaux qui suivaient. Une très belle chanson, à dédier à un loved one (Familier avec les chansons plutôt décalées du groupe, bah oui faut dire les choses telles qu’elles sont). Plus sérieusement, l’on ne pouvait rêver d’une meilleure fin pour un album aussi prêt de la perfection.

Ce qu’on peut retenir d’AM? Voulant se concentrer plus sur l’aspect studio de l’album plutôt que les lives, Arctic Monkeys nous ont livré un album très franchement réussi, avec une voix unique (encore, oui), un chapeau bas pour la maîtrise instrumentale, et une preuve ultime qu’un groupe peut très bien se réinventer, même pas à chaque album qu’il sort mais à chaque morceau qui compose son album, sans pour autant perdre son identité, ce petit plus qui fait qu’à chaque fois qu’une de leur chanson est jouée, tout le monde a envie de s’écrier « ça, c’est les Arctic Monkeys » !

Image de prévisualisation YouTube