Michael Kiwanuka : Une British Soul.

Ce jeune homme a déjà été désigné par un sondage BBC meilleur son de l’année 2012, celle ou il aura sorti son premier album « Home Again » aussi bien accueilli par le public que les critiques.

Avant d’en arriver là, Michael Kiwanuka était d’abord un jeune garçon de Londres passionné de guitare issu d’une famille modeste, ou la musique n’avait pas vraiment sa place, il aura quand même le soutien de sa mère qui lui offrira sa première guitare à l’âge de  12 ans. Et après quelques déboires en groupe essentiellement rock, le jeune prodige se décide de se lancer seul, dans un registre complètement différent, successivement  à la découverte, à la fois d’Otis Redding chantonnant « Sitting on the dock of the bay », et de Bob Dylan dans « The freewheelin’ ».

Après avoir travaillé en studio, joué et écrit pour les autres, il découvrira ses talents de chanteur en poussant la voix dans l’ambition de se faire un nom. L’artiste se fondra complètement dans l’univers Soul auquel il rajoutera une touche Folk et une voix éraillée qui le sortira du lot. Parfois même, on l’y surprendrait à s’essayer au Jazz comme dans « Tell me a tale ».

Il se fait repérer assez rapidement et n’attendra pas longtemps pour toucher le succès du bout  des doigts en assurant les premières parties de spectacle d’Adèle, rien que ça. Un contact avec un large public qui lui servira de tremplin pour grimper au plus vite au sommet.

Comparé à ses idoles, Otis Redding, Marvin Gay, Ben Harper ou voire même Bill Withers, il va sans dire que la pépite a fait valoir de sa valeur. Une petite fraicheur pour un genre de musique qui n’attendait que ça pour revenir au gout du jour. Je vous invite à découvrir quelques-unes de ses perles. Elles se font rare de nos jours, les perles.