Mawazine: Ibrahim Maalouf, l’inattendu

Crédit photo: Sife El Amine

L’enchanteur enchanta. Inattendu, Ibrahim Maalouf, le prodige franco-libanais est venu se faire un nom au Maroc.

Le trompettiste fit résonner son talent  de par ses  compositions envoûtantes.  Un régal pour un public averti que l’artiste a su divertir. Dans un style décontracté qui contraste avec sa musique, le musicien racontait, entre deux morceaux, de quoi amuser son audience, ses débuts et ses rêves de concerts en pyjama qu’il finira par réaliser. Le musicien ne se priva pas non plus d’inviter le public à participer au show qui joua le jeu volontiers et fredonna la mélodie captivante de « Will Soon Be A Woman ».

crédit photo: Sife El Amine

Toujours dans le souci d’allier légèreté et humour à sa musique, imprégnée par une signature jazzy mais toujours variée de par l’aisance qu’a le groupe à fusionner les genres, il proposa, avec son instrument, un duel entre musique classique voire contemporaine et musique arabe. Un exercice auquel seul  Ibrahim Maalouf peut s’essayer, grâce à l’invention de son père, lui-même musicien de renommée: la trompette à quarts de tons qui permet de jouer les maqâms arabes. Impressionnantes, ses improvisations au souffle oriental ont subjugué, ému et pris au dépourvu un public qui s’est vu chanter à l’unisson des chansons d’un répertoire arabe classique, parmi lequel un hommage à la regrettée Warda Al-Jazairia, qu’il n’attendait pas ce soir là au seul son d’une trompette.

Image de prévisualisation YouTube

Beyrouth, elle, n’a jamais été aussi belle. Une composition triste, langoureuse, enivrante, puis dramatique, puissante et ensorcelante inspirée par les tous premiers pas du virtuose dans les ruelles de la ville marquée par la guerre. Une prestation de plus de douze minutes qui a pris l’audience par les tripes. Un voyage d’une rare intensité dans Paris de l’Orient que même les touristes n’auront pas raté. D’ailleurs, la standing-ovation qui s’en suivit vint exprimer l’engouement de l’audience à l’atterrissage.

Après un décollage époustouflant, une longévité et une bouffée d’espoir attendent sans le moindre doute ce talentueux musicien, à l’image de la ville à qui il a si bien rendu hommage. Ibrahim  Maalouf, accompagné de son groupe, a assuré un show au-delà des espérances tant  en fond qu’en forme. Au théâtre Mohammed V, l’audience s’est retrouvée debout moult fois sans pour autant que la musique incita à danser. Un public conquis uniquement par le talent immense d’un artiste complet.