Making a Murderer : Plongée dans le nouveau Netflix qui fait sensation

  • Médias  - News
  • mercredi 23 décembre 2015 à 22:22 GMT

Netflix a lancé le 18 décembre 2015 son premier docu-série « Making a Murderer« , dont la réalisation a été assurée par Laura Ricciardi et Moira Demos. La série de 9 épisodes (dont le premier a déjà été diffusé gratuitement sur YouTube) a suscité un grand émoi aux Etats Unis, puisqu’elle fait l’inventaire de tous les témoignages et preuves et retrace les événements qui ont conduit à l’incarcération injuste et injustifiée de Steven T. Avery.

17MAKING1-master675

L’épisode commence par mettre en scène le retour très émotionnel d’Avery parmi les siens, qui n’est que le début d’une longue descente aux enfers, puisque l’affaire a été classée comme étant la « plus grosse erreur judiciaire dans l’histoire de la justice américaine », selon l’un des avocats.

La nouvelle série se rapproche beaucoup du concept du célèbre podcast Serial qui a suivi le parcours d’Adnane Syed, condamné à tord dans une affaire similaire. Tandis que Serial est juste un podcast, Making a Murderer nous offre également le visuel qui nous tient en haleine, puisqu’on se sent beaucoup plus vite impliqués et sympathisants (ou pas) avec les protagonistes de l’histoire.

Dès la première visualisation de l’épisode, on sent une ambiance dramatique et chargée qui s’installe de prime abord, et qui annonce la couleur et l’orientation du reste de la série. D’ailleurs, l’épisode a suscité un certain sentiment de révolte et de dégoût parmi les américains qui comprennent peu à peu cette perception si négative que le reste du monde a de leur système judiciaire qui est, suite à cette série, accusé d’acharnement et d’hostilité personnelle dirigée vers la personne de Steve A. Avery.

« I have watched 4 episodes of this series and I’m absolutely disgusted with the American justice system. » internaute américain

635863023736991100-AVERY-2007-0215-014

L’intérêt du documentaire réside dans le choix de l’affaire elle même, qui a intrigué les américains des décennies durant. En effet, Avery a passé 18 ans de sa vie derrière les barreaux pour un crime qu’il n’a pas commit. Sa libération a enclenché de sérieuses réformes législatives dont l’Avery Bill, qui prévient les incarcérations arbitraires. Fraîchement relaxé et menaçant d’exposer le système judiciaire américain frauduleux et corrompu, Avery se trouve soudainement accusé d’un nouveau crime qui pourrait le laisser enfermé à perpétuité.

Notons que ce n’est pas la première attaque contre la justice américaine, ses représentants étant continuellement scrutés et critiqués internationalement.

La série peut être visualisée sur Netflix, mais le premier épisode est disponible gratuitement sur YouTube.

Image de prévisualisation YouTube