Live report: Don Bigg au Festival de Casablanca

Il ne s’était pas produit pour son public casablancais depuis 2006, le revoilà de retour chez lui avec un public qu’il affectionne particulièrement. Entre Bigg Lkhasser de 2006 et Don Bigg de 2011, beaucoup de chemin a été parcouru : deux albums au compteur qui ont connu un succès certain, plusieurs concerts dont un mémorable à Mawazine l’an dernier avec Omar Sosa, et un clip pour son dernier titre Ma Bghitch.

Scène de Ben M’sick, il est 22h00 et la place affiche déjà complet, pas étonnant au vu de la popularité du line up de la soirée : Du rap avec Don Bigg, suivi d’une soirée Chaabi animée par Zina Daoudia. 15 minutes avant l’entrée en scène de Don Bigg, les premiers encouragements commence à gronder. Une image, celle d’une jeune fille de pas plus de 6 ans, répétant d’une seule voix avec le public de la scène de Ben M’sick: A Cha3b Yourid Don Bigg (Le peuple veut Don Bigg).

22h25, Don Bigg motivé par les dizaines de millers de fans scandant son nom, fait son entrée sur scène. Une entrée, sur le titre Byad ou K7al, première piste de son dernier album, le public est conquis. Il enchaine alors avec Casanegra, un hommage à sa manière pour la ville qui l’a vu grandir, puis il chante Afriquia où il crie le malheur du continent noir.

Premier grand moment de la soirée, lorsque Don Bigg s’adresse au public, non sans émotions et demandant à toutes celles et ceux qui aiment leur mère de lever le doigt. Pour rappel, Don Bigg a perdu sa maman en 2009, et lui a dédié le titre LIK en duo avec Oum. Accompagné tout au long de son concert par son frère, celui que l’on surnommait Lkhasser à ses débuts à cause de son franc parler n’a pas démérité en reprenant également des titres comme 1986-2006, Lkhouf, ou encore le très populaire Bladi Blad.

Clou de la soirée,  ses tubes Lbouliss, Itoub, et enfin son tout nouveau titre Ma Bghitch sont interprétés en choeur par le public Casablancais. 23h20, alors que l’on croit  tous que Don Bigg a fini son concert, le rappeur main sur le coeur lance l’hymne nationale marocain repris à tue-tête par le public. Cette fin pour le moins surprenante prouve que Don Bigg, tout en gardant sa popularité, veut faire passer des messages avec son rap, et que pour rien au monde il est prêt à se démonter.