Les muses troublantes de Souad Sahel

muses 4

Dans sa dernière exposition, l’artiste peintre Souad Sahel donne vie à des femmes/muses dérangeantes et rend compte d’un usage unique de la couleur.

La femme est depuis des siècles un être d’inspiration dans les arts, surtout en peinture. Mais Souad Sahel ajoute une touche surréaliste spéciale dans sa dernière exposition, « Muses »,  en ce moment à l’Institut Cervantès de Casablanca. Trente-cinq toiles, chacune représentant une femme, pour la plupart… Car on compte parmi les autres muses quelques tulipes abstractisées, et les yeux attentifs trouveront aussi, isolés au sein de l’ensemble, des hommes, suggérant un souci de complémentarité.

Il y a un certain malaise qui se dégage de ces muses. Certaines vous fixent du regard, d’autres semblent jouer de ce regard. Il y a celles où le spectateur interrompt un moment intime, ou a l’impression de pénétrer là où il n’a pas été invité. Celles où il s’introduit dans leur âme, ou prend la muse en flagrant délit. « La femme a toujours été un de mes thèmes de prédilection », avoue Souad. Ses peintures s’enclenchent selon l’inspiration du moment, mais depuis ses dernières créations, elle dit avoir gagné « plus de liberté, plus d’expression personnelle ». Une de ses élèves l’a suivie depuis ses débuts et note une « évolution de dix crans supérieurs ».

muses 6

Souad n’aime pas trop parler de ses oeuvres, préférant laisser le champ libre au spectateur. Cette passionnée de peinture a d’abord commencé par du figuratif, « comme tous les peintres » : « je peignais des thèmes marocains, des paysages orientalistes. » Elle cite Matisse et Cézanne comme premières influences, et se dit particulièrement marquée par les fauvistes et leur recours au couleurs vives.

Le chromatisme de Souad est d’ailleurs un des aspects les plus frappants de l’exposition. Peu nombreuses, les couleurs, par leur unicité et leur occupation de l’espace, finissent par ressortir, envahissantes, en tant qu’éléments clés. Une manière plus harmonieuse de s’exprimer pour la peintre, qui considère l’abus des couleurs comme insupportable à l’oeil. Une passante note la « maîtrise des matières » et le « geste précis » de l’artiste, qualifiant son univers d' »exceptionnel » : « c’est très difficile de véhiculer autant d’émotions dans une peinture. Je trouve les toiles d’un naturel déconcertant, elle ose. » Le rouge fait partie des couleurs les plus imposantes de ses portraits, suggérant souvent une valeur d’interdit. « Le rouge m’a toujours attiré, confie l’artiste, mais je me suis calmée, je me dirige de plus en plus vers les ocres. » Mais que les couleurs soient rouge, ocre, noir, blanc ou bleu, l’effet hypnotisant est toujours garanti.

Exposition « Muses » de Souad Sahel, du 26 Juin au 10 Juillet 2013 à l’Institut Cervantès de Casablanca

 

Horaires de visite :

Du Lundi au Vendredi: De 09h00 à 12h00 et de 15h00 à 21h00

Samedi: De 09h00 à 12h00 et de 15h00 à 18h00

Dimanche: De 09h00 à 12h00

Crédit photo : Abdelhamid Kbabra – Artisthick