Les expos à voir en cette fin d’année

Winter dawn is the color of metal disait Sylvia Plath. Que vous soyez du genre à vous laisser aller au spleen des journées d’hiver ou à vouloir à tout prix égayer le triste temps, voici une sélection d’expositions à vous contenter tous. Entre les couleurs chatoyantes de Melehi, le clair-obscur de Titou, l’histoire, la peinture, la sculpture moderne et la photographie, petit tour d’horizon des expositions à voir en cette fin d’année :

« Spontané/Simultané » de Mohammed Melehi

3

La peinture de Melehi, palpitante par ses formes et ses couleurs vives, capte les pulsations de la vie, prêtant oreille à ce qui l’entoure, et établit des liens d’interférence et de simultanéité à travers les mouvements ondulatoires. Mohamed Melehi peint en spontanéité, ses formes émanent de gestes intuitifs plutôt que d’une composition réfléchie. L’onde, un langage qui lui est désormais propre, se répète inlassablement au fil de ses toiles. Cette forme de répétition est un moyen d’atteindre une transcendance et une expérience mystique.

L’exposition est à découvrir  jusqu’au 8 janvier 2016 à la Loft Art Gallery à Casablanca.

 

Crossing Paths – The Intersection of Memories de Carlos Mare et Vincent Abadie Hafez

4

Lettres et calligraphie sont mis à l’honneur à la nouvelle exposition de La Bloch Gallery, fruit d’une résidence de deux artistes de renom : Carlos Mare, grande figure des arts contemporains urbains et le calligraffeur Vincent Abadie Hafez, surnommé Zepha, qu’on a pu voir à Rabat en mai dernier au festival Jidar, Toiles de rue. Tous deux partagent une fascination pour la culture orientale et les motifs islamiques et feront dialoguer leurs univers différents et leurs imaginaires entre calligraphie, graffiti et abstraction.

A voir absolument si vous êtes à Marrakech, du 18 décembre au 17 janvier à la David Bloch Gallery.

 

Genèse de  Youssef Titou

2

Paysage intérieur du peintre et paysage naturel du Moyen Atlas se confondent dans les toiles de Youssef Titou, imprégnées de la lumière et des couleurs des terres de l’Atlas. Ses peinture sobres, immuables et suggestives travaillent les contrastes, les textures et les surfaces. Elles revêtent également une dimension philosophique : Titou est sensible aux questions existentielles et s’interroge sur le mystère métaphasique de la genèse.

Jusqu’au 9 janvier 2016 à la Galerie Shart à Casablanca.

 

César, une histoire méditerranéenne

6

Il s’agit de l’exposition la plus attendue de l’année et de la première d’une telle envergure dans le pays consacrée à l’un des plus grands artistes sculpteurs du 20ième siècle : César Baldaccini, dit César. Celle-ci s’articule autour de ses œuvres majeurs et nous immerge dans son art, à travers le prise de l’identité méditerranéenne qui a façonné l’artiste. Elle se structure selon thèmes majeurs : La femme thème éternel, l’autoportrait, le musée imaginaire d’histoire naturelle et les poules patineuses, le travail de la matière, les plaques et les compressions.

A voir et à revoir au Musée Mohamed VI d’Art Moderne et Contemporain de Rabat jusqu’au 14 Mars 2016.

 

Mémoire collective 70-85 de Mustapha Akrim

00000

Mustapha Akrim établit un travail de recherche sur l’histoire, l’art et la citoyenneté et le rapport qu’ils entretiennent avec la représentation, comme la monnaie qui est un outil de communication. Après avoir réalisé de grandes reproductions de billets de banque où figuraient des citoyens marocains, il poursuit aujourd’hui son projet de réécriture de l’histoire, en réinventant des billets de banque produits durant les années d’oppression politique au Maroc entre 1970 et 1985.

Jusqu’au 30 janvier 2016 à la Kulte Gallery & Editions à Rabat.

 

Traces du Maroc de Marc Belli

25

La Galerie Lichir à Taroudant accueille du 22 décembre 2015 au 30 janvier 2016 l’exposition Traces du Maroc du photographe Marc Belli. Loin des clichés stéréotypés, celle-ci dresse un portrait sensible et poétique du Maroc à travers une série de photographies récoltés ces dix dernières années par l’artiste, qui vit entre Paris et Taroudant. Ses photographies sont des traces, une manifesation visible, un témoin d’une existence du passé.

Jusqu’au 30 Janvier 2016 à la Galerie Lichir à Taroudant

 

Réminiscence de Rachid Rhenimi

7

Du 14 décembre 2015 au 14 janvier 2016, la BNRM présente l’exposition « Réminiscence », fruit de nombreuses années de travail de l’artiste peintre et céramiste Rachid Rhenimi. Répartie en thématiques, celle-ci s’inspire de l’art rupestre, de la mythologie grecque, et questionne la place de l’Homme, entre silhouettes effacées basculant entre apparition et perte. Toutefois elle se fait silencieuse à travers les peintures abstraites : l’interprétation est alors livré à l’observateur. On dit qu’une fois exposée, l’oeuvre n’appartient plus à l’artiste. Il serait réducteur de parler de ses toiles qu’à travers leurs « thématiques », on peut y faire plusieurs lectures, les recentrer par rapport à soi-même et finir par s’y attacher.

 

Hommage à Abdellah Fakhar 

5

Cette exposition hommage à Abdellah Fakhar, l’un des pionnier de l’art pictural au Maroc, fait partie d’une série d’expositions hommage organisées pas la fondation ONA qui vise à promouvoir l’art et faire connaître l’histoire de la peinture au Maroc. Une occasion de découvrir notre patrimoine culturel dans le merveilleux cadre de la Villa des arts de Rabat et ce entre 11 Décembre 2015 au 26 Février 2016.

Jusqu’au 26 Février