Les expos à ne pas manquer en octobre

Que les journées d’automne sont pénétrantes, quoi de mieux qu’une escapade sensible et évasive le temps d’une expo ? Entre Rabat et Casa, on vous fait le point des expositions qui valent le détour, en ce mois d’octobre qui se veut riche en culture. La liste est longue, de quoi combler les insatiables d’art que nous sommes.

« CHAMBRE AVEC VUE » de François-Xavier Gbré

0

Comment l’histoire nationale d’un pays est dite à travers son architecture ? Que reste-t-il des vestiges du passé, des espaces oubliés, remplis de souvenirs et d’histoires ? Francois-Xavier Gbré cherche les réponses à travers son travail qui explore les esprits des lieux, ravive les souvenirs et met en lumière les traces et les empreintes laissées par l’Homme. Sa dernière exposition en date, CHAMBRE AVEC VUE, réalisée lors de sa résidence à la Kulte Gallery, raconte à travers une série de photographies les récits qu’évoque un bâtiment mythique, lieu de la mémoire collective des rbatis : l’Hôtel BALIMA. Au fil de ses clichés, on déambule d’une pièce à une autre, dans des espaces sur lesquels sont projetés un vécu, une histoire que Gbré ressuscite, non sans nostalgie, saisissant l’expérience de l’abandonné et la beauté profonde et élusive des ruines du présent .

A découvrir du 1er octobre au 14 novembre 2015 à la Kulte Gallery & Editions à Rabat.

 

« EXCURSION » de Hicham Gardaf

8

Devant les changements sociaux-culturels, le tumulte des transformations urbaines et l’urbanisation galopante des villes marocaines durant ces dernières années, le regard de Hicham Gardaf est celui d’un flâneur baudelairien, mélancolique, qui se tient sur le seuil de la désolation des grandes villes. Le travail de Hicham met en image la relation qu’il entretient avec sa ville Tanger, toile de fond, qui s’entremêle tantôt à d’autres villes et d’autres lieux, comme pour faire échapper le sujet de son contexte, laissant place à une seconde lecture universelle. La dimension poétique transcende ses photographies qu’il accompagne de proses.

« We have driven in a rented car for over five hours now. During that time he told me stories of the city and stories of the sea, which echoed in my ears while beginning to merge with the sound of a hot breeze coming through an open window. I listened. »

« I secretly knew, that in reality these stories were about the ubiquitous presence of the sand, which circulates between a city and a sea and connects them in an inseparable bond. »

Excursion. En anglais le mot signifie un voyage de courte durée, fait pour le plaisir, une métaphore de son processus de travail qu’il décrit comme étant un voyage dans lequel il se lance, certain de trouver quelque chose dans des territoires inconnus. En français, le mot suggère la digression.

L’exposition est à découvrir jusqu’au 31 octobre à la galerie de l’institut français de Rabat et à la Galerie 127 de Marrakech à partir du 6 novembre prochain.

« MEMORIA » de Roberto Battistini

5

Du 1er au 30 octobre, la Bibliothèque Nationale du Royaume à Rabat accueille l’exposition MEMORIA du photographe français Roberto Battistini, un récit d’histoires croisées de vies traversées par un moment historique unique et violent: la seconde guerre mondiale, et plus particulièrement la libération de la Corse en 1943 pour laquelle ont œuvré des combattants venus de tout pays. Les photographies, déployées sur fonds noirs et impressions immenses, célèbrent ces héros de l’histoire, à travers des portraits de survivants, chevaliers de légion d’honneur, combattants, tirailleurs, goumiers marocains ayant abandonné leurs terres et leurs familles afin de donner leur sang pour libérer l’Europe, en capturant des paysages symboliques : lieux de combats et champs de batailles aujourd’hui désertés, 70 après la libération de la Corse.

 

« OBJETS TROUVES » de Rita Alaoui

Rita Alaoui - Nature morte aux noyaux d'avocats - 41x27 cm

Rita Alaoui, artiste plasticienne basée à Casablanca, est une figure majeure de la scène artistique contemporaine Marocaine. Elle se fascine pour les objets-sculptures de la nature qu’elle collecte et affectionne particulièrement ceux extraits du monde marin.

« Les multiples noyaux d’avocats de forme ovale que j’ai accumulés noircissent doucement en laissant apparaître des taches de couleurs sépia s’agençant comme des petits bouts de terre, comme des îlots, au milieu de l’océan.
Chaque noyau est une planète et ils forment tous ensemble l’Univers. »

 Rita Alaoui s’intéresse aussi au mystère de l’origine du monde et des traces de l’humanité. Son travail est de trouver dans les mythes, les rituels, les sciences, la nature, l’histoire.. des images et des points de rapprochement qui lui servent de base pour créer une forme esthétique à travers différents médias : photographie, dessin, collage, peinture, sculpture et installation.

A découvrir à la Galerie Venise Cadre à Casablanca, du 7 octobre au 15 novembre 2015.

« RETROSPECTIVE » de Omar Bouragba

00

Omar Bouragba est une figure incontournable de l’art contemporain marocain originaire de Marrakech. Il affirme qu’une toile ne saurait se décrire et l’important n’est pas la précision d’une éventuelle description, mais l’impression qu’elle laisse, le fait qu’elle parle. On se passera alors pour cette partie de toute description qui risquerait de détruire des nuances de son oeuvre qu’il faut aller voir par soi-même à la Galerie Nationale Bab Rouah à Rabat, du 7 au 31 octobre 2015.