Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch au Festival de Cannes

Au début était un livre, celui de Mahi Binebine, les étoiles de Sidi Moumen. Roman tragique retraçant par la voix de Yachine, jeune Casaoui et habitant d’un bidonville, comment il a pu grandir dans ce coin, pour enfin vite mourir par la suite.  Ce coin où il a grandi a, à vrai dire, tout d’une décharge publique : les odeurs, les quelques terrains de foot rafistolés et surtout le haschich.  C’est au final, un lieu où le rêve et la misère flirtent, sans trop mettre d’écart entre eux, sans trop donner à ce jeune et ses acolytes, le moindre instant de répit. Une misère qui ne laissera finalement à ces jeunes, comme échappatoire, que la simple direction vers le fanatisme, le plus fou et le plus sanglant. Quelques bonnes promesses et paroles entendues par ci par là, et les voilà basculant dans une toute autre vie. Celle du sacrifice, du terrorisme, et de la folie. Le roman est ainsi fortement inspiré des tragiques évènements de Casablanca du 16 mai dont les principaux responsables étaient des jeunes de ce même quartier, de Sidi Moumen. Et voilà, qu’il est adapté au grand écran par le réalisateur Nabil Ayouch.

Avant même que le livre ne soit sorti dans les libraires en 2010, le réalisateur Nabil Ayouch en avait acheté les droits. Une avance sur recette, une association avec une production et le voilà sur les lieux de tournage. Et quels lieux ! Le tournage a ainsi eu lieu au bidonville Brahma, à Ain Harrouda, à une petite dizaine de kilomètres de la capitale économique. Quoi de plus réaliste alors, pour retranscrire au mieux sur images, toute la misère, la vie de tous les jours, et le malheur qu’avait pu ranger la vie des jeunes Casaouis, futurs fanatiques et auteurs d’un tragique évènement. Le film aura pour titre «  les Chevaux de Dieu ».

Le réalisateur du film n’en reste pas là, il va jusqu’à négocier avec les grandes sociétés de distributions pour assurer à son film une internationalisation sans pareille. La sortie officielle de ce film est prévue pour septembre 2012, mais en attendant le voilà qu’il est nominé à Cannes, hors compétition dans la section «  Un certain regard ». Le jury de cette catégorie sera présidé par Tim Roth, acteur et réalisateur anglais, révélé au public grâce notamment à ses rôles dans Reservoir Dogs et Pulp Fiction de Quentin Tarantino. La 65e édition du Festival de Cannes se tiendra du 16 au 27 mai. On ne peut lui souhaiter que la réussite qu’il mérite.