Le succès du cinéma Français en 2011

Grande a été la déception que chacun de nous a pu éprouver devant un film français. Sauf à quelques exceptions rarissimes, il n’est question que de lourdeur, d’ennui, de vide sidéral noyé dans un scénario pas toujours intéressant. En bref, on pourra dire que le « cinéma français » est devenu en quelque sorte, comme une très mauvaise appellation et ne donnant pas particulièrement envie de regarder et de savoir ce qu’il en est. Une étiquette qui n’a pu laisser place qu’à un simple et net désintérêt des français et puis des spectateurs du monde entier, dont nous faisons parti.

Fort heureusement trois films et trois succès de cette année 2011 ont suffi à redonner quelques brins d’espoir pour l’avenir du cinéma français.  De quoi redorer le blason du cinéma hexagonal et nous éloigner quelque peu de ces comédies stéréotypées. Des histoires qui à la longue deviennent lassantes, alourdies par un scénario qui n’estpas toujours  au moins intéressant, ainsi que par une génération d’acteurs qui a du mal à se renouveler, et à faire place à de nouvelles têtes.

Les trois films en question ont, en plus de plaire au public, engrené au passage, quelques prix internationaux qui n’ont pu être que bénéfiques pour leur succès et entrées.

En première position vient, sans grande surprise, Intouchables qui ne peut que nous toucher. Inspirée d’une histoire vraie, l’histoire est celle d’un tétraplégique (François Cluzet) qui engage à ses côté un jeune banlieusard du nom de Driss (Omar Sy). Deux personnes que, au début, tout oppose, mais qui seront par la fin liés, par un étroit lien d’amitié. En complémentarité, les deux personnages dressent le tableau type d’une amitié sans failles, imprévue certes, mais ô combien passionnante, drôle et finalement plaisante. Une ode à l’amitié, à la tolérance et surtout à la solidarité. Un film français à voir, qui vaut amplement le détour et qui a déjà amassé pas moins de 15millions d’entrées.

Image de prévisualisation YouTube

Par la suite, se présente The Artist.


Film muet, élégant, sobre et narrant avec pour rôle principal un Jean Dujardin au meilleur de sa forme, la petite histoire d’une vedette du cinéma muet justement qui voit la vie en rose. Cela, jusqu’à ce que l’arrivée du cinéma parlant vienne bousculer un peu plus la donne, et qui ramènera avec lui une jeune fille, figurante dans les films qui ne tardera pas être braquée par les projecteurs. C’est là que commence l’histoire d’amour entre les deux acteurs qui aura pour entrave, le matérialisme, la soif de gloire, et surtout le progrès du septième art qui n’est pas prêt de les attendre. Le film, en plus du réel succès qu’il a pu récolter, est fortement pressenti pour remporter un Oscar. Quoi de plus méritant !

Image de prévisualisation YouTube

Le dernier film français à en avoir étonné plus d’un est La Guerre est déclarée.


Histoire simple, mais bien émouvante. Roméo et Juliette. Un couple et une magnifique union qui donnera naissance à un enfant, Adam. Quelques semaines après sa naissance, le couple découvre une tumeur chez l’enfant. Commence alors, un long combat qui s’éternisera sur des années et qui nous livre là, l’archétype d’un amour qui combat la maladie, qui défie le tout et reste invincible. C’est tout simplement majestueusement bien mené par la réalisatrice Valérie Donzelli qui livre ici une œuvre bien plus que personnelle. Seulement, ce qui étonne ici n’est sûrement pas le jeu d’acteurs, il reste quelque peu moyen, on peut l’avouer. Mais ce qui éblouit et ravit, c’est la plénitude des scènes qui se suivent, une harmonie trouvée qui ne peut que plaire aux téléspectateurs. Chose qui n’était sûrement pas commune aux autres films français.

Image de prévisualisation YouTube

En bref, en cette année 2011 quelques brins d’espoir sont venus redonner  confiance au cinéma de l’hexagone, et cela même si ces quelques succès se comptent sur les doigts d’une seule main. Ce qui reste sûr comme bilan de cette année, c’est que la France est encore bien loin de ce statut d’avant-gardiste qu’on avait pu lui assigner ou encore, de sa période Nouvelle Vague, qui avait ravi plus d’un. Pour ce fait, d’autres films de ce calibre doivent se faire attendre, toujours dans l’espoir d’être on ne plus satisfait à la sortie d’une salle de cinéma.