Le Rock et Le Maroc : Des vers pour une mélodie sans End…

 

Les Rolling Stones en 1967 au Maroc

Début des années 70, le punk bat son plein, les hymnes Rock The Casbah se multiplient, et l’utopie de Joe Strummer, fondée sur l’anarchisme politique s’extirpe dans les capitales Européennes. Le Monde Libre vit sa reconstruction ou plutôt de nouveaux chaos, le Vietnam est envahi pour la deuxième fois par une Amérique arrogante, et les frères de sang Palestiniens et Israëliens s’entredéchirent pour un bout de terre.

« Joe Strummer: The Future Is Unwritten » (Rencontre avec son réalisateur) :

Image de prévisualisation YouTube

Cependant,un événement est à l’origine des révoltes. En 1967, l’arrivée du couple souverain Iranien, Mouhammad Reza Pahlavi et sa femme, dans la capitale Allemande a conduit les policiers et des pros du régime absolutiste à s’attaquer aux manifestants Allemands pacifistes. Bilan: un innocent mort et des dizaines de citoyens blessés. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase .Cet excès de rage donnera naissance à une nouvelle forme de guerre, le terrorisme politique et ses produits périmés comme Carlos et la RFA. On est bien au milieu de la guerre froide, David Bowie et le reste de la planète bleue auront peur des Russes et des Américains, pour deux autres décennies.

Les U2 ont enregistré leur dernier album à Fès.


« I’m Afraid Of Americans »- David Bowie ft Nine Inch Nails:

Image de prévisualisation YouTube

Un peu comme l’Europe de l’Est, l’Amérique noire du défunt Martin Luther King et son ex-principal colonisateur, la France, le Maghreb devient le centre d’excès de tout genre. Kaddafi est au pouvoir en Libye, et des millions de  Nord Africains migrent en Europe pour un meilleur avenir, et les épisodes Star Wars de George Lucas se tournent en Tunisie. Les tournages épuisants de ces plaisirs  Mainstream ne sont malheureusement qu’une autre pub pour des futurs Staliniens Arabes. Une inhibition de l’esprit rebel qui provoqua une paraplégie à cette femme, qu’est la culture.Dès lors,le Rock n’est plus un Noir Désir, il est l’un des exutoires pour des jeunes en quête d’identité et de liberté . Depuis, les Obi-Wan et autres SkyWalker de la planète Rock And Folk enseigneront à nos parents, pendant mille et une nuits, leurs riffs chez nous, au Maroc. La grande histoire de la musique rejoint alors la petite histoire de notre royaume pour l’une des plus belles pages de ce livre sacré, qu’est la paix.

C’est l’heure de changer la monnaie

On devra encore imprimer le rêve de l’égalité

On  n’devra jamais supprimer celui de la fraternité

Restent des pointillés…Yeah,Yeah,Yeah!!!!

(Paroles d’Un Jour En France-Noir Désir)

Image de prévisualisation YouTube

En effet, le  Maroc n’était pas étranger à ce phénomène, il fut la terre d’accueil de plusieurs chanteurs et artistes de tout genre. Le mouvement Hippie avait trouvé son Eldorado. Commençons d’abord par le plus grand fan des Rolling Stones, le biographe des mafieux Italiens, Martin Scorsese qui a entre autres posé sa tente à Ouarzazate après un certain Bob Marley et Jimi Hendrix à Essaouira. Des villes soufflant aux vents du cannabis et aux sonorités spirituelles.

Arte: Summer Of Love (Spéciale Maroc):

http://www.dailymotion.com/video/x56mda

En 1988,Le réalisateur de « Taxi Driver » a en effet réalisé à Ouarzazate son très controversé « The Last Temptation Of The Christ » avec une B.O composé par le citoyen du monde par excellence, Peter Gabriel, avec la participation de notre supergroupe national, les Led Zeppelin en mode acoustique« Nass El ghiwane« . Une collaboration fructueuse qui perdurera pendant toute une vie. On les reverra ensemble sur le très épique « Aviator » plusieurs fois primé aux oscars.

Image de prévisualisation YouTube

Les années passent,et de nombreux groupes composent  en hommage à la beauté téméraire  de notre royaume et les sons Gnawi venus d’un autre âge,comme les anciens pensionnaires des grands stades de foot, Robert Plant et Jimmy Page qui ont chanté à Marrakech en 94, cette terre rougeâtre aux milles histoires .

Image de prévisualisation YouTube

L’hommage ne s’arrête pas là, le plus beau pays du monde n’est pas seulement une fantaisie extravagante pour des stars assoiffées de gourous spirituels, il est aussi une source d’inspiration pour des artistes essoufflés par la routine médiatique et l’éveil artistique du Rap qui a envahi les chaînes du cable comme MTV. Des groupes, comme les Jésuites du Rock, les Irlandais de U2 ont confectionné , en compagnie de Brian Eno, la majeure partie de leurs albums à Fès. Leurs vidéos clips, où le Maroc est la star sont « Mysterious Ways », « Magnificent » tournés respectivement en 91 et 2009.

« Mysterious Ways », tiré de l’album « Ashtung Baby »:

Image de prévisualisation YouTube

Making Of « Magnificent » dans les rues de Fès:

Image de prévisualisation YouTube

Comme dernière anecdote, le photographe Anton Corbijn a tourné son film  » Linear » qui a accompagné la sortie de l’album » No Line On The Horizon » de la bande à Bono, avec comme acteur principal, Saïd Taghmaoui ( La Haine, les Rois Du Désert). Une performance superbe à la frontière du mime, et qui est digne d’un Omar Sharif pendant sa période de Docteur Zhivago.

Le film « Linear », un vrai voyage sensoriel:

Image de prévisualisation YouTube

L’histoire du Rock, par analogie aux Maroc, a connu ses heures d’indépendance artistique,spirituelles mais aussi économique à l’image des Ramones , The Edge et d’autres magiciens du son. En ces temps de changements constitutionnels,est ce que vous êtes prêts pour une nouvelle ère ? Comme Saïd Taghmaoui, voulez vous être de vrais acteurs? Des acteurs pour des bobines qui relatent les instants de vos vies en quête de vérités. Une pluie qui va rincer vos coeurs du passé, pour des électrochocs de joies. Mieux qu’écouter, Ressentez,Aimez et Partagez!!

« Hold On »- Donavon Frankenreiter:

Image de prévisualisation YouTube