Le Pop art dans le monde arabe

  • Arts 
  • lundi 31 août 2015 à 13:01 GMT

25

Le Pop art, anglicisme et diminutif de « Popular art », désigne ce mouvement artistique apparu dans les années 50, d’abord en Grande-Bretagne puis aux États-Unis. Il s’intéresse aux objets anodins, prélevés du quotidien et représentatifs de la culture de masse dominante. A l’instar des grands maîtres tel que Andy Warhol et Roy Lichtenstein, de jeunes artistes Pop art fusent de partout dans le monde arabe.

Au Maroc, la grande figure du Pop art est l’incontestable Hassan Hajjaj, qui a réussi à s’imposer au niveau international avec son univers haut en couleur où il use d’objets puisés du Maroc : images de marques, logo-cultes etc., qu’il revisite et n’hésite pas à détourner. Dans les mêmes codes Pop art, Mouad Aboulhana, jeune artiste tangérois, réinterprète la tradition marocaine en jouant avec ses symboles et ses images. Le mouvement est également lancé en Algérie par Walid Bouchouchi, artiste diplômé de l’École Supérieure des Beaux-arts d’Alger, qui retrace le quotidien algérien dans des images vives et dynamiques. Le Pop Art s’étend aussi jusqu’au Moyen-Orient où on retrouve des artistes comme le duo koweitien Hamad Al Saab et Ali Sultan, qui mettent en vedette les icônes pop, symboles du patrimoine culturel ou encore la libano-américaine Corine Martin, qui explore les thèmes de la culture populaire en cherchant son inspiration dans les images emblématiques présentes dans la télévision, la musique et les marques ayant façonné la jeune génération arabe.

hassanhajjaj1

Hassan Hajjaj


MouadAboulhana

Mouad Aboulhana

 

 

9

Walid Bouchouchi

                      

19

Hamad Al Saab et Ali Sultan

Mais le Pop art ne se résume pas seulement à une simple récupération de la création populaire dans une palette de couleurs saturées : il possède avant tout, comme tout mouvement artistique, une philosophie, une vision et suscite une remise en question de la société. Ainsi, si le terme Pop art est largement répandu, la problématique qu’il soulève reste souvent méconnue. Mourad Krinah, graphiste et artiste visuel algérien, affirme au sujet de son travail qu’on associe souvent au Pop art : «  Même si l’effet visuel est très similaire, je ne sais pas si ça relève des mêmes mécanismes de réflexion ».

Le Pop art est apparu dans un contexte donné, celui des années 60 et demeure propre à la société de consommation. L’oeuvre d’Andy Warhol, qui s’intéresse aux objets symboliques ayant envahi la société américaine ( boîte de soupe Campbell, bouteille de coca, billets de dollars..) , omettait toute intériorité et émotivité et s’admirait « à la surface » . Warhol exécutait ses œuvres et les produisait de façon machinale avec des techniques plus industrielles qu’artistiques. Avec cette « profonde superficialité » qu’il revendiquait, Andy Warhol a su réellement capter l’esprit de son époque, celle de la société de consommation.

00

 

  On retrouve souvent des icônes occidentales, objets et marques américaines, parfois détournés, dans le travail de ces artistes. Cet hybridisme et ce mélange culturel est entièrement assumé par Hassan Hajjaj qui se moque des clichés et des stéréotypes dans ses œuvres. Il est même une volonté, puisque l’artiste multiculturel vise à créer un pont entre l’Occident et la culture marocaine, en puisant dans leur richesse et en les fusionnant. Cette interculturalité est aussi revendiquée par le duo kowéitien Hamad et Ali, qui concilient la culture et l’histoire arabe avec le monde, en l’exposant dans leur propre vision contemporaine afin de la rendre accessible à l’échelle internationale. Ils considèrent le Pop art comme étant un moyen efficace de promouvoir leur culture puisque celui-ci a franchi toutes les frontières pour produire de nombreuses images emblématiques du 20e siècle.

 Corine Martin, artiste basée en Arabie saoudite, affirme que, même si il s’agit des mêmes objets présents en Occident et des mêmes marques alimentaires, ceux-ci revêtent un sens complètement différent au Moyen-Orient. Son œuvre dénonce aussi d’une certaine façon, la mondialisation et le capitalisme.

 

5

Corine Martin

   Le Pop art s’intéresse, à l’origine, à toute image exerçant une forte influence dans la société de consommation : bande dessinée, publicité, télévision etc. Ainsi, il est possible d’aborder des thèmes propres à nos sociétés arabes actuelles.

  Les œuvres de Hassan Hajjaj témoignent par exemple du poids que porte la tradition au Maroc. Walid Bouchouchi quant à lui, questionne de façon critique et dérisoire la masse d’images véhiculée quotidiennement par les médias. Le travail de Mourad Krinah, qui est à caractère politique, va aussi dans ce sens.

3

Mourad Krinah

Bien que le Pop art soit par définition un art  « léger, bon marché, jetable, drôle et provisoire » comme le réclamait Hamilton, il partage, comme tout mouvement artistique, une philosophie et correspond à une époque et à une situation géographique particulières. Ceci ne l’empêche pas de s’étendre dans le monde et de s’enrichir. En se le réappropriant, on doit d’abord le questionner et l’interroger, afin de lui donner sens et produire ainsi des œuvres d’art authentiques.