La sensation Idriss Chebak

 

Considéré par tous comme le producteur house #1 au Maroc, Idriss Chebak enchaîne les succès. A 17 ans à peine, il a déjà signé sur Ultra Records, Nero, Joia, Kingdom Kome Kuts ou encore Armada et Subliminal Records. Rien que ça? Ce n’est pas tout: ses morceaux sont joués par les plus grands artistes du monde tels que Sebastien Leger, Roger Sanchez ou encore Erick Morillo. Idriss Chebak, c’est le phénomène House au Maroc! Avec un été ponctué de quelques performances au Tapis Rouge et au Bombay de Rabat, Idriss Chebak a entamé une tournée à Cannes (France), mais aussi à Miami (U.S.A) pour le bonheur de ses fans.

Pour vous chers lecteurs, Idriss Chebak accorde une interview exclusive à Artisthick. C’est l’occasion de découvrir un artiste marocain et plein de talent!

Sums : Idriss Chebak, d’où t’es venue cette passion pour la musique électronique?

Idriss Chebak: bah pour faire original, je trainais sur le genre de forum geek sur le net comme celui de Joachim Garraud, je m’amusais à voir ce que des artistes tels que Arno Cost, Tristan Garner ou encore Arias postaient et j’essayais d’en faire de même à l’époque.

S: Est-il essentiel de prendre des cours de musique pour devenir un bon producteur?

I.C: Je dirais oui et non (rires). Personnellement je n’en ai jamais fait, mais ça ne m’a pas empêché de ne pas sonner faux.. je pense que tout est dans l’oreille, que ce soit pour le groove ou bien pour l’atmosphère d’un morceau. Je pense aussi que ça peut-être un atout comme ça peut ne  pas l’être, car le fait de prendre des cours de solfège peut mettre un terme à toute créativité.. mais bon je peux me tromper vu que les souvenirs que j’ai du conservatoire ne sont pas des souvenirs que j’apprécie vraiment (rires).

S: Idriss Chebak, tu fais partie des ces rares producteurs marocains qui ont percé a l’échelle internationale, comment le vis tu?

I.C: Honnêtement je pense que je suis loin d’avoir percé, its a never ending road (une route qui ne se finit jamais)! On apprend tous les jours, et honnêtement, je pense que la notion de percer reste assez relative.. Tout le monde peut sortir un morceau  sur beatport (plateforme de téléchargement digital), remixer un artiste connu… mais encore faut-il sonner qualitativement et rester original. La seul chose dont je suis assez content c’est du fait d’avoir 17 ans, ma liberté de produire n’importe quel style est totale. J’ai été charté (playlisté) par Sébastien Léger, comme je l’ai été par Syke’n’Sugarstarr ou encore Albin Myers..

Image de prévisualisation YouTube

S: Tu as été signé sur les plus grandes maisons de disque house du monde, quel conseil pourrais-tu donner aux producteurs marocains?

I.C: Bah je leur conseille d’être sélectifs, de produire des morceaux originaux et de surtout, être fier de la diversité de culture qu’on peut trouver au Maroc, et qui plus est peut-être très inspirante!

S: Penses tu que DJ et producteur sont deux mots complémentaires?

I.C: Oui bien-sûr !

S: Ton VST (Virtual Studio Technology) préféré?

I.C: Mon vst préféré.. je dirais le Strobe de Fxpansion.

S: Ton hardware préféré?

I.C: Le fatsos !

S: Lecteurs ou live?

I.C: Lecteur ou Live quand c’est préparé et travaillé!

S: Tes cinq morceaux du moment?

Corey Andrew, Jesse Garcia – Love Me Now (Peter Horrevorts Remix)

Jamiroquai – Runaway Live from Abbey Road

Benny Benassi ft. Gary Go – Cinema (Cover Art)


Akon – Show Out

BOB feat Lupe Fiasco – Past my shades

S: Un dernier mot pour nos lecteurs?

I.C: Ecoutez de la bonne musique, ne vous bloquez pas sur un style précis.