La démocratisation de l’art par le MET

  • Arts  - News
  • vendredi 10 février 2017 à 14:28 GMT

Le Metropolitan Museum of Art ou le MET, considéré comme étant l’un des plus grands musées d’art au monde, permet désormais au grand public de profiter de 375 000 images d’œuvres d’art sans restriction, en les mettant sous la licence Creative Commons Zero (CC0).

THE MET - inside

Comment?

Creative Commons est une organisation à but non lucratif visant la protection de la propriété intellectuelle d’artistes, de scientifiques et de créateurs en général tout en promouvant l’échange et la créativité. Elle compte plusieurs licences à son actif, dont la licence Creative Commons Zero, considérée comme la plus souple des lois créées par l’organisation. En effet, comme son nom l’indique, la CC0 a permit au MET de renoncer à la plupart de ses droits d’auteur afin de mettre à disposition ses œuvres au grand public. Bien évidemment, les droits moraux (de reconnaissance de l’artiste et de son respect) sont préservés.

MET Public Domain

Pourquoi?

Thomas P. Campbell, directeur du MET, a tenu à s’exprimer sur ce sujet: «Nous voulons faire croître l’accès à notre collection, et c’est notre priorité depuis une décennie». Loic Tallon, le chef du département numérique, poursuit: « Maintenant, tout le monde peut télécharger les images depuis notre site, et ces images peuvent être utilisées comme vous le voulez. Le but est de rendre tout le plus accessible possible. Nous sommes officiellement devenus le musée le plus grand, ouvert et varié du monde. »

Seated Harlequin de Pablo Picasso, disponible sur le site du MET

Résultat? 

375 000 images d’œuvres d’art sont désormais à portée de main! Il suffit de consulter le site du MET pour avoir accès aux œuvres les plus connues, de Vermeer à Van Gogh en passant par Degas, mais aussi et surtout les archives précieusement gardées du musée, qu’il s’agisse de photos historiques ou d’artefacts de valeur. Cette démarche s’inscrit dans une optique de démocratisation de l’art entreprise par plusieurs institutions culturelles. En effet, le New York Times précise que la National Gallery of Art de Washington ainsi que le Rijksmuseum d’Amsterdam l’ont déjà fait, toutefois la démarche du MET reste nettement plus remarquable dans la mesure où le musée offre beaucoup plus d’images et de choix au public. Étudiants ou amateurs d’art, vous êtes servis!

> Charleston on the Bauhaus Roof de T. Lux. Feininger, disponible sur le site du MET