Karim Haoudy : l’histoire d’une passion.

Karim Haoudy est un jeune étudiant marocain avec une grande ambition de photographe qui le pousse toujours à évoluer et séduire son public par son grand talent à faire naître la beauté de quelconque paysage. En plus de sa culture artistique, ce jeune talent possède un héritage photographique puisque, dès son plus jeune âge, son entourage l’a initié à manier les appareils photos ainsi que leurs accessoires.

En ayant acquis une certaine expérience, Karim parvient à nous faire voyager dans un tout autre monde en photographiant le décor dans lequel il vit, avec une vision bien particulière. Ses photographies sont profondes et remplissent nos yeux de magie. D’autres sont hautes en couleur, parfois dotées d’une grande précision et tant de détails qu’elles nous feraient presque penser à un tableau soigneusement peint.

Pour concrétiser sa passion grandissante, ce jeune photographe crée une entreprise qu’il nomme Phös Legacy, dont l’objet est de réaliser des photographies à la demande d’entreprises, de particuliers ou encore pour des événements. Un projet bien géré qui prospère depuis maintenant deux ans.

D’ailleurs, son entreprise organisera prochainement un évènement public à Casablanca, qui intéressera les fans d’images fortes et magiques.

Pour comprendre son histoire, Karim a accepté de répondre à nos quelques questions :

Sara Ifna : A peine âgé de 20 ans et vous disposez déjà d’un grand passé dans la photographie. Donc plus précisément, votre entrée dans le monde de la photo remonte à quand ?

Karim Haoudy : D’aussi loin que je me souvienne j’ai toujours aimé la photographie, mais ce n’est que depuis quelques années que c’est devenu une passion. Avant cela j’ai tenté d’autres domaines artistiques. Enfant, je faisais beaucoup de dessins et on me reconnaissait un certain talent. Quant à la photographie, je dois sûrement cela à mon père (disons que c’est héréditaire) qui m’a implicitement éduqué à la prise de vue, aux longs visionnages d’albums photos de famille, de ces longues minutes de pose en groupe afin qu’il peaufine les réglages du reflex argentique pour se rendre compte une fois le groupe rejoint que le retardateur n’était pas enclenché. Je me souviens aussi de ses critiques constructives sur le cadrage et la composition de mes photos, des premières fois où il m’a appris à faire la mise au point (manuelle à l’époque) sur un reflex Konica Minolta, et réaliser le positionnement par rapport à la lumière et l’environnement afin d’avoir la bonne exposition.

SI : Chaque artiste dispose d’une technique, un chemin propre à lui qu’il emprunte et qui le distingue des autres. Et vous Karim, quelle est votre démarche artistique ?

Karim Haoudy : En tant que photographe, ma motivation personnelle est de rechercher la beauté et l’harmonie dans tout ce que je vois. Ma contribution artistique avec le public est de communiquer la beauté et la variété du monde que la majorité des gens ne remarque pas, et d’encourager une compréhension intuitive et spirituelle de la réalité.

SI : Aux prémices de votre carrière, quels sont aujourd’hui vos projets pour l’avenir ?

Karim Haoudy : Parvenir à une boite multidisciplinaire permettant la gestion du staff technique et des projets détenus afin de dispatcher les tâches.  Et aussi permettre à l’ensemble des techniciens et artistes d’accéder aux divers marchés mis à la disposition de l’entreprise. Bien sûr avec une gestion et un management beaucoup plus moderne, incluant un pourcentage de travail, un contact freelance, et des propositions diverses.

SI : Quelques exemples d’artistes qui vous inspirent..

Karim Haoudy : J’ai beaucoup d’admiration pour le travail de grands photographes tel que Solve Sundsbo. Ce photographe Norvégien a un œil particulier, une vision photographique qui va au delà du visuel de mode et personnellement sa technique photographique évolue sans cesse. Il trouve toujours de nouveaux procédés pour mettre en scène sa vision de la mode, en jouant avec les ombres et les lumières, et ayant recours à des systèmes de filtres, des superpositions ou des assemblages etc..

D’autres références : Peter Lindber, Paolo Roversi, Nick Knight, Sarah Moon, Ian Abela, Donna Trope, Bettina Rheims, Mario Testino ou bien encore Christian d’Hoir.

SI : Quelques conseils pour les photographes amateurs..

Karim Haoudy : Pour réussir en photo, il faut être capable de fournir beaucoup de travail, savoir constituer et entretenir des équipes motivées et toujours trouver des idées fortes. Il faut aussi avoir une bonne culture de l’image, la conviction de pouvoir réaliser des images appréciées par les esthètes, savoir mettre au point sa propre stratégie d’apprentissage et toujours évoluer en étant critique vis-à-vis de son travail. Il faut aussi être clair dans sa tête, savoir pourquoi a-t’on choisi de s’aventurer à l’emprise de l’image, puis savoir quels sont les aspects qui nous plaisent et ceux qui nous déplaisent dans cet art loin d’être facile.

SI : Un mot de la fin pour Artisthick..

Karim Haoudy : Merci d’être toujours là à nous apporter tant de plaisir à lire et aussi de subtilité. L’agora de l’art « Artisthick ».

Contact : Page Facebook
Email  : phos.legacy@gmail.com