Jazzablanca : Sax in the city avec Candy Dulfer

candy1

Véritable belle surprise de cette édition du festival. Le concert de la saxophoniste de génie Candy Dulfer a fait vibrer les foules et restera comme l’un des moments forts de cette 10ème édition du Jazzablanca.

Fille du saxophoniste Hans Dulfer, la néerlandaise Candy Dulfer commence sa carrière à l’âge de 12 ans quand elle joue dans un groupe avec Rosa King, une expatriée américaine vivant aux Pays Bas. Très vite, la saxophoniste crée son propre groupe, Funky Stuff, qui est invité à jouer pour Madonna lors d’une partie de sa tournée européenne. Candy Dulfer est révélée au grand public par Prince, qui l’engage dans son groupe de musiciens.

candy2

Honorée et heureuse de se produire pour la toute première fois au Maroc, la belle surprise Candy Dulfer n’a pas mis beaucoup de temps à mettre le public Jazzablancais dans sa poche avec son style détonant et inclassable. S’il lui arrive de chanter ses titres accompagnée de son vocaliste, c’est lorsqu’elle joue de son saxophone que la magie se produit. Transformant la grande scène du festival en dancefloor géant, la belle saxophoniste  a enchaîné ses plus grands tubes sous le regard conquis de ses nouveaux fans.

Candy Dulfer n’a pas de limites, explorant avec son saxophone plusieurs genres : du funk, au rock , à de l’électro comme sur Crazy, chanson extraite de son dernier album portant le même nom. Plus étonnant encore, elle initiera le public du festival à de la dubstep avec  Hey Now. L’un des moments forts de la soirée restera sans doute son interprétation de Lily Was Here, tube du début des années 90 de David Stewart et qui a véritablement fait connaitre Candy Dulfer. C’est un concert qui fera date et restera très longtemps gravé dans la mémoire du public du festival Jazzablanca.

Image de prévisualisation YouTube

candy3