James Bond, ce Marocain

Ce vendredi 26 octobre sera lancé dans les salles le dernier volet de la Saga James Bond: Skyfall. À cette occasion, je m’étais mis en tête d’imaginer ce que donnerait un James Bond à la marocaine, avec une mission digne de représenter notre cher Royaume, des gadgets à la sauce du bled que je comptais tirer du quotidien de la rue, de nos génies « streetwise ». J’aurais ajouté à ça une James Bond Girl au caractère bien trempé qui satisferait cette fois les goûts occidentaux de notre héros Maghrébin, qui nous viendrait sûrement d’un pays nordique, peut-être une d’une ville comme Malmö. Ça viendrait assouvir de façon assez certaine ce  fantasme plutôt persistant chez nos mâles de la grande blonde aux yeux bleus, voyez-y une quête d’exotisme.

Tous droits réservés à Fadwa Azhari

Cela dit, je me suis vite rendu à l’évidence : nous avons déjà une horde de James Bond Marocains, qui mènent un combat de tous les jours et qui se battent pour des causes différentes toutes plus dignes les unes que les autres. Ils utilisent des moyens plus surréels et plus impossibles les uns que les autres puisqu’ils n’ont pas même une autorité apte à laquelle il peuvent se raccrocher. Le diable dans l’histoire c’est parfois ce même système qui est censé faciliter la vie de tous les jours.

Nos James Bond ont beaucoup plus. Ils démontrent un courage équivalent à celui de tous les James Bond cumulé. Ils n’ont pas de voiture suréquipée, mais il dévoilent le 007 qui est en eux – comme les clients de Coca ont fait pour offrir une place dans un cinéma pour le lancement – pour aller au travail tous les jours, dans certaines contrées du pays où les moyens de transports son indécents voire inexistants. Et quand le « Sky » leur « Fall » sur la tête, c’est avec des gadgets aussi sophistiqués que des sachets en plastique qu’ils utilisent comme boucliers contre ces intempéries.

James Bond est un agent intelligent, il est formé, assisté, et encadré pour le devenir. Il est capable de trouver des solutions sur le coup en usant de sa polyvalence acquise dans l’analyse et l’anticipation, et le cas échéant, la réaction. Au Maroc, nos James Bond sont ceux qui se sont battus contre une assistance chimérique et une formation fictive, inefficace en soi. Ils se sont formés dans la rue, à la guise des rencontres et des conditions de vie qui poussent à se remettre au système D. Ici, la formation ne forge rien, c’est l’expérience qui prône.

Ne vous y méprenez pas, Skyfall se promet d’être un autre volet aussi puissant que ses 22 prédécesseurs, sa James Bond Girl est française, elle n’est pas blonde et ne manque pas de charme. Son intrigue est toujours aussi alléchante. Il faudra donc aller s’assurer de la légitimité de cette sortie et juger de son mérite. Aussi, daignez reconnaître le James Bond qui est en vous et vos confrères. Il nous faut nous soutenir pour faire tomber l’ennemi. James Bond n’est rien sans sa mission.

Image de prévisualisation YouTube