Ghost Stories de Coldplay, le calme après la tempête

Leur dernier album Mylo Xyloto avait beaucoup fait jaser, trop bruyant pour certains, trop éloignés du style du groupe pour d’autres, les Anglais de Coldplay reviennent avec un nouvel album: Ghost stories, qui faute de pouvoir mettre tout le monde d’accord, rassurera au  moins les sceptiques.

cxRUly3

On avait déjà pu entendre trois extraits de Ghost Stories avant sa sortie. Le premier, Midnight, titre troublant, aux airs de Bon Iver (ce qui avait d’ailleurs valu au groupe d’être acccusé de plagiat), avait été plutôt bien acceuilli par la critique bien qu’il laissait planait le doute sur l’orientation de l’album à paraître. Le deuxième single de Ghost stories, sorti début mars, s’appelle Magic, beaucoup plus proche du style du groupe, a certainement permis, après la sortie de Midnight, de rassurer les fans quant à la nouvelle orientation du groupe. Toutefois, c’est le troisième morceaux, Sky full of Stars, qui a achevé de semer le doute dans l’opinion. Titre très éléctro, dans la veine commerciale actuelle, du boum boum dans tous les sens et des paroles plutôt absentes, bien qu’agréable, le morceau déplait assez aux fans et à la critique, qui, comme souvent, n’hésitent pas à en appeler au « manque d’inspiration », véritable marque de fabrique des critiques sur Coldplay.

Image de prévisualisation YouTube

Nous, nous avons écouté l’album en entier, et loin du chaos annoncé par les trois extraits, il est plutôt étonnant d’observer la remarquable cohérence de l’opus. Car en effet, bien que les titres soient souvent très différents les uns des autres, un véritable effort est fait pour les lier les uns aux autres, comme on avait pu le voir sur Mylo Xyloto, les morceaux se suivent avec cohérence sans brusquerie et avec élégance. Même celui qui laissait douter de la qualité de l’album, Sky Full of Stars, s’intègre parfaitement au reste de l’album, sans dénoter et sans l’entacher.

Image de prévisualisation YouTube

S’il fallait décrire simplement Ghost stories, on pourrait dire qu’il s’agit du presque parfait contraire de Mylo Xyloto. En effet, l’euphorie colorée et parfois bruyante du précédent album laisse ici place à une harmonie simple et calme, presque crépusculaire. Une musique aérienne qui bien qu’elle soit parfois douce, laisse quand même souvent place à l’énergie caractéristique de Coldplay. Au final ce que l’on pourra surtout retenir de cet album, c’est aussi un retour au source presque inespéré. en effet, après la réussite de Viva la Vida et parfois les errements de Mylo Xyloto, Coldplay s’était peu à peu forgé une réputation  « d’explorateurs ». Bien que cet album laisse la place à de nouveaux style chez Coldplay, notamment sur Sky Full of Stars ou Midnight, on retrouve aussi des classiques du genre comme Oceans ou O, balades à la guitare ou au piano. On pourrait comparer parfois cet album au Division bell de Pink floyd, Un retour au source mais sans occulter la modernité et la mode musicale caractéristique de l’époque (les sons de cloches très caractéristiques à la fin d’Ocean pourrait d’ailleurs en être un rappel). Finalement ce sera peut être (enfin) là ce qu’attendent les fans de Coldplay depuis quelques années, un retour de l’acoustique et des mélodies qui ont fait le succès d’un groupe aussi réputé que Coldplay.

Rappelons que l’album est dores et déjà en écoute gratuite sur itunes (http://cldp.ly/cpitunes), avec en prime une animation de la pochette de l’album dessinée par l’artiste anglaise  Mila Furstova.