FIFM : Paul Verhoeven, le réalisateur qui aime déranger

verhoeven3

Sexe, violence, et ironie, trois thèmes qui reviennent tout au long de la filmographie de Paul Verhoeven. Le réalisateur de Robocop, Basic Instinct, Total Recall et Starship Trooper revient après 10 ans d’absence et traverse l’Atlantique pour réaliser Elle, un polar transgressif, porté par une Isabelle Huppert au sommet de son art. Il a gratifié le public du Festival du Film de Marrakech d’une master class avant qu’un hommage ne lui soit rendu, le tout premier de sa carrière, avouera-t-il, un brin ému.

Paul Verhoeven est l’auteur d’une œuvre éclectique, réalisée en Europe et aux Etats-unis. Subversif et populaire, Paul Verhoeven aime appuyer là où ça fait mal. « Que mes films soit provocants ou pas, je les ferai comme je l’entends, et quoi qu’il arrive ». Une détermination qui mènera le réalisateur néerlandais à combattre le dogme Hollywoodien dans ses films. Du controversé Robocop, où plusieurs scènes ont du être modifier dans sa version américaine afin qu’il puisse être diffuser en salles, à son tout dernier film « Elle », rejeté par les producteurs américains. Car « Elle » avait été pensé pour être un  film américain. « Nous avons adapté le livre en Anglais et David Birke a écrit le scénario, mais après plusieurs mois, nous nous sommes rendu compte avec le producteur (Said Ben Said) qu’il n’était plus possible de le faire aux Etats-Unis pour des raisons financières et artistiques. Les studios ne souhaitaient pas nous suivre dans cette aventure, et aucune actrice de renom n’a accepté de jouer le rôle ». Pour Verhoeven et son producteur Said Ben Said, une unique issue se profile; celle de tourner le film en France et en Français. Le cinéaste de 78 ans, francophone, à surmonter son « angoisse » pour « repartir à zéro : j’ai dit oui à un film que j’allais tourner avec une équipe totalement neuve, dans un pays où je n’avais jamais tourné, et dans une langue étrangère ».

verhoeven2

Présentée en séance coup de coeur du festival, « Elle » raconte l’histoire de Michèle à la tête d’une grande entreprise de jeux vidéo qui voit sa vie basculer quand elle est agressée chez elle par un mystérieux inconnu. Michèle se met à le traquer en retour. Un jeu étrange s’installe alors entre eux. Un jeu qui, à tout instant, peut dégénérer.

Le film multiplie les ambiguïtés, et c’est ce qui le rend fascinant à suivre. Grâce à une mise en scène soignée, et un mélange des genres à la fois troublant, pervers, glaciale, et parfois drôle, le dernier film de Paul Verhoeven questionne sans cesse. La prestation d’Isabelle Huppert est envoûtante, et lui vaut déjà plusieurs nominations.

 

Image de prévisualisation YouTube