Entretien avec Mika : je garde un beau souvenir du Maroc

934610_539118862793147_764369718_n

Crédit photo: Artisthick

 

Juste avant d’aller à la rencontre de ses fans pour un concert qui s’annonce haut en couleurs, Mika a rencontré la presse pour évoquer sans détours sa carrière, sa musique, ainsi que le concert qu’il livrera ce soir au public du festival Mawazine. L’artiste qui revient à Mawazine après un premier passage plus que réussi en 2010, a répondu aux questions d’Artisthick, quelques heures avant son concert.

Artisthick : Il y a trois ans, vous avez brillé à Mawazine lors d’un concert exceptionnel, quelles sont vos appréhensions pour ce soir ? Et qu’est ce que vous avez prévu de spécial pour votre public marocain ?

Mika : C’est un très beau souvenir que je garde de l’édition à laquelle j’ai participé. Je suis très heureux d’être encore une fois au Maroc pour ce festival. C’est un show complètement différent que je proposerai ce soir. Je change de show chaque six mois, malheureusement pour mon producteur (rires). Ce que je vous proposerai ce soir a été inspiré par Kusama, l’artiste japonaise. J’ai été inspiré par les robes qu’elle portait, ces robes couvertes de petits points. Je me suis dit que ce serait bien de faire un concert où tout le monde serait couvert de petits points. Le spectacle est visuellement inspiré de cette artiste.

Artisthick : Et qu’en est il musicalement ?

Mika : Musicalement, c’est assez intéressant parce que j’ai trois albums maintenant. C’est ce qui fait la différence.  La première fois que j’ai fait une scène, je n’avais qu’un seul album. Je n’avais pas assez de chansons pour faire un show complet. Je devais faire des reprises, et je fais des reprises horribles (rires). Je les faisais juste parce que je devais assurer un concert d’une heure et demie. Après j’en ai eu deux, maintenant j’en ai trois. Je peux vraiment choisir le feeling et le type de chanson que je veux faire en concert. Sans oublier que maintenant, je chante aussi en français. Ce qui est sûr, c’est que c’est un show complètement différent du dernier. C’est plus frais et un peu plus moderne.

Artisthick : Nous vous avons vu, il y’a quelques semaines, dans l’émission « Coke Studio Arabia » diffusée sur la chaine panarabe MBC4. Vous y avez interprété une version orientale de votre titre : Relax, Take It Easy, en compagnie de la chanteuse libanaise Karol Sakr. Est – ce que vous prévoyez des collaborations avec des artistes arabes dans vos albums futurs ?

Mika : En ce qui concerne Coke Studio, j’ai fait un duo avec Karol Sakr. J’ai été complètement étonné par la reprise qu’on a faite de Relax. Honnêtement, quand ils m’ont demandé de faire cette collaboration, j’avais des réserves sur ce que ça allait donner. Je me demandais si le résultat allait être sincère. Quand on a commencé à travailler sur le titre, j’ai été complètement étonné, notamment par les couplets retravaillés à la façon arabe. Redécouvrir ma chanson de cette manière était, tout simplement, surprenant. J’aimerais bien travailler avec des artistes arabes. J’ai une idée de projet musical qui sera basé à Beyrouth. Il sera en français, en anglais et en arabe. J’ai grandi avec ce mélange de langues. On me parlait à la maison en français, en arabe, en anglais. On écoutait du Fayrouz, du Oum Kelsoum ensuite, du Nina Simone, du Barbara et  du Gainsbourg. Je voudrais faire un album qui représente comment j’ai grandi et qui sera à l’image de mon histoire familiale. Vous savez ma famille a quitté Beyrouth pendant la guerre pour Paris. Maintenant, il y en a qui sont retourné à Beyrouth et d’autres qui sont un peu partout. Je voudrais bien retranscrire cette période de ma vie dans un album. Et pour se faire, utiliser les trois langues est essentiel. Tout comme Fayrouz, qui mélangeait des sonorités, classiques, folk, européennes avec la musique arabe. J’aimerais continuer cette sorte de tradition et le faire d’une manière moderne me tente beaucoup.