(Don’t) Roll Over Beethoven: Le Cycle des Symphonies de Beethoven.

  • Musique 
  • samedi 22 décembre 2012 à 22:41 GMT

Un jour, il y a eu Beethoven. Un chic homme, génie & musicien de surcroit. Inutile de vous en parler, tout le monde a entendu parler de lui … Ou, au mieux, l’a entendu parler de lui-même; Il faut l’écouter chanter sa gloire, fastueusement, dans un Orchestre grandiose.

Il dut se permettre quelques instants de mélodique discrétion; C’est que le faste éprouve. Heureusement, pour lui et nous , qu’il savait s’isoler dans une discrétion musicale: Il fit de la musique de chambre l’amie de sa solitude, et elle lui doit beaucoup.

Beethoven est mort. Mais son queue-de-pie a erré dans l’histoire, depuis. Les classiques échappent à cette machine à rider qu’est la mode. La mode a fait & défait, et continue de faire & défaire les genres musicaux, les styles, les célébrités éphémères. Au delà de ce salmigondis périodique qui est notre lot, une nuance d’immortalité flotte, indifférente aux cultures, aux communautés & aux patries : « Le Génie est Universel« .

Olivier Holt

Olivier Holt

Et puis, je vous ferai une confidence: Oreilles sont lasses d’enfiler une paire d’écouteurs pour jouir de ces instants musicaux. Il faut un spectacle visuel, grandeur nature, pour se sentir comblé.

Ce spectacle a eu lieu. Et comme pour les précédents concerts de l’Orchestre Philharmonique du Maroc, je n’ai pas été déçu. Loin de là, j’étais ravi.

Pour les bons évènements, il faut de bons invités. L’O.P.M nous réapprend cette leçon de bonne conduite, et nous présente tour à tour quelques musiciens d’exception : Nous vous parlions il y a quelques temps de Benoit Girault et de Gilles Apap. Cette fois, c’est au tour d’Olivier Holt de rejoindre le clan.

Du musicien, nous ne pouvons vous parler ; Sa musique fait guise de présentation. Dans le Curriculum Vitae figure une baguette qui connait son tempo, fait lever les violons et ordonne les silences nécessaires.

C’est à travers l’œuvre de Beethoven que la baguette de Holt a percé, nous livrant, au passage, des bribes d’histoire. L’histoire d’un génie, qui a su transformer un paysage de Michel-Ange en composition musicale, comme disait Berlioz. Ne vous inquiétez pas, Michel-Ange n’a pas été transfiguré: On a ravivé ses couleurs.

Si vous avez manqué le Cycle des Symphonies de Beethoven en 2012, je vous pardonne : Le Cycle continue jusqu’en Décembre 2013.

Je comprends votre impatience. L’attente jusqu’à Décembre ne sera pas muette : Rendez-vous l’année prochaine, en Janvier, pour les Concerts du Nouvel An. Au Menu: Du Gershwin, du Dvorak.

Tachez d’y être, vous serez ostensiblement ravis.

Pour clore sur une note lyrique, je vous laisse cet avant-gout de ce qui vous attend en Janvier :

Image de prévisualisation YouTube