Documentaire: Bob Marley, The definitive story

Aucun film, aucun documentaire ne saurait rendre justice au roi du Reggae, à ses réalisations sur le niveau social ainsi que musical. En effet, il est très dur de retranscrire fidèlement la vie d’une telle icône musicale universelle, sans tomber dans un quelconque malentendu ou défaut de réalisation, ou pire, le réduire à un film musical banal parsemé de témoignages sans réelle valeur ajoutée, se contentant de perpétuer le mythe et passant sous silence anecdotes et faits qui concrétisent voire rapprochent le spectateur de l’homme, non de l’artiste. Du moins, c’est ce que tout le monde croyait, avant la parution du documentaire de Kevin Macdonald le 13 Juin 2012, retraçant le parcours de Robert Nesta Marley dit Bob Marley depuis sa naissance en 1945 à sa mort en 1981.

Durant la promotion de « L’aigle de la neuvième légion » à Paris en 2011, Macdonald s’est aussi prononcé sur son nouveau projet, un documentaire consacré à Bob Marley, sa vie, sa musique, ses positions politiques aussi, le tout raconté par son entourage comportant famille et collègues musiciens. Robert Nesta Marley est né à Rhoden Hall en Jamaïque, d’un père blanc aux mœurs légères et d’une mère jamaïcaine qui a dû l’élever seule. Bob a beaucoup souffert de l’absence de son père ainsi que de son métissage, d’où sa première chanson, Corner Stone, avec son groupe du moment, The Wailers. Le film met aussi la lumière sur la conversion de Bob Marley au mouvement « Rastafari » en 1966, ses nombreuses frasques et infidélités prononcées, mais aussi le combat courageux qu’il a dû mener contre son cancer diagnostiqué en 1977, un combat à mort. En bref, toute une série d’évènements illustrés de commentaires et de témoignages émouvants de ses proches tels que Rita Marley, sa femme, Bunny Wailers membre des Wailers à leurs débuts, de ses enfants Ziggy et Cedella, et même les extraits où il est question d’interviews qu’il a donné en son vivant. Des éléments qui montrent au public que Marley n’est pas qu’une légende, mais bien un homme comme tant d’autres avec un talent inouï.

Il faut aussi mentionner que l’impact qu’a eu la musique de Bob Marley sur la politique est monumental, notamment avec trois de ses plus grands concerts : Smile Jamaïca où il expose les blessures de balles dont il a escompté suite à une fusillade deux jours avant et dénonçant par la suite la violence dont il était sujet, One Love Peace Concert où il réussit à réunir sur scène deux ennemis politiques qui se disputaient le pouvoir, et enfin celui du Bourget, commune française, où se sont réunis plus de 50000 personnes pour voir Marley se produire sur scène.

Image de prévisualisation YouTube

Kevin Macdonald a de ce fait mené un projet très ambitieux, demandant un travail de recherche colossal et un tour d’archives complet, en plus de techniques cinématographiques pointues pour réaliser un documentaire au contenu précieux et objectif tout en apportant un regard touchant à sa mise en scène.   En l’espace de 144 minutes, ce documentaire a su faire le tour de la personnalité si riche et si complexe de Bob Marley, en laissant clairement transparaitre le message que l’artiste a depuis longtemps tenté de transmettre au monde entier, un message universel et puissant, un message d’amour et de tolérance, un message détruisant tous les remparts, tous les obstacles qu’ont construits les langues et les religions.

Image de prévisualisation YouTube