Docteur Emir, Mister Kusturica

  • Cinéma  - News
  • vendredi 2 décembre 2011 à 20:45 GMT

A l’occasion de la 11ème édition du festival du cinéma à Marrakech, gros plan sur le réalisateur Emir Kusturica qui présidera le jury longs métrages .

Né le 24 décembre 1954 à Sarajevo au sein d’une famille bosniaque, Emir Kusturica est l’un de ces rares réalisateurs ayant remporté à deux reprises la Palme d’Or au festival de Cannes. Pas de doutes, Kusturica est un passionné de cinéma. D’ailleurs, sa passion remonte à sa jeunesse où pour gagner son argent de poche et de la même occasion assister aux projections qui s’y déroulait, Emir accumulait les petits boulots dans le cinéma de son quartier.

Plus tard, il ira à Prague pour intégrer la FAMU (académie du cinéma de Prague). Une fois là bas, il s’imprégnera des préceptes du cinéma russe, tchèque, français, italien ou encore américain. Il y réalisera deux courts métrages » Une partie de la vérité » et « Automne ».

En 1978, Emir se fait remarquer en gagnant le premier prix au festival du film étudiant de Karlovy-Vary grâce à son court métrage « Guernica ». Il rentre à Sarajevo et décroche, la même année, un contrat à la télévision où ses téléfilms susciteront controverses et polémiques.

Quelques années plus tard, soit en 1981 il réalise « Te souviens-tu de Dolly Bell ? », son premier long métrage. Ce dernier connaîtra une ovation internationale et lui vaudra le prix de la critique du Festival du Film international de Sao Paulo ainsi qu’un Lion d’Or de la première œuvre à la Mostra de Venise.

A 31 ans, le jeune Emir remportera sa première la Palme d’Or au Festival de Cannes en 1985 grâce à « Papa est en voyage d’affaires » qui est le premier volet d’une trilogie sur sa ville natale, témoignage troublant de la douleur des familles séparées par l’arbitrage du régime de Tito.

Sur la base d’un scénario proposé par l’un de ses étudiants à Columbia, Emir tourne en 1993 Arizona Dream avec Johny Depp et Jerry Lewis qui est un franc succès et lui fait gagner l’Ourse d’argent au Festival de Berlin. Deux ans plus tard, Emir décroche sa deuxième Palme d’Or à Cannes pour « Underground » qui aborde le difficile thème de la guerre en ex-Yougoslavie.

Après avoir essuyé de violentes critiques liées au succès d’Underground, Kusturica revient au cinéma et s’essaye à des métrages plus légers, plus heureux . En 1998 , il tourne « Chat noir, chat blanc » puis « Super 8 Stories » en 2001.

Hormis ses prouesses cinématographique, Emir est connu pour ses talents de musicien et a travaillé sur une multitude de bandes sons comme ça a été le cas pour « la Vie est un miracle » en 2004. Par ailleurs, Emir Kusturica a aussi travaillé sur plusieurs documentaires. Il en a notamment réalisé un sur le célèbre joueur de football Diego Maradona dans le non moins célèbre village de Küstendorf qu’il a lui-même fait construire en 2004 pour les besoins du film « La vie est un miracle » et dont il s’est auto -proclamé maire. En 2005, le village gagnera le prix d’architecture européen Philippe Rotthier pour la reconstruction d’une ville.