DABATEATR… et l’on appuie sur Pause

  • Arts  - Scène
  • samedi 8 décembre 2012 à 23:30 GMT

DABATEATR citoyen n’est plus! La compagnie a décidé de prendre congé de la scène artistique, pour une durée indéfinie.

Crédit photo : Anouar Oubnichou

C’est une pause qui, dans nos contrées, est synonyme de décès, de séparation. C’est ainsi que, le cœur gros, Jaouad Essounani, le fondateur, a annoncé ce soir, Vendredi 7 décembre 2012, cette nouvelle qui a laissé sidérée toute l’audience. DABATEATR Citoyen quitte la salle Gérard Philippe, à priori, et je ne fais que spéculer ici, pour des différends avec l’Institut Français de Rabat et  des soucis financiers. Elle devra trouver un autre lieu pour se produire, tenant compte de la précarité de ses moyens.
Les belles choses ne durent pas, nous le savions déjà, mais fallait-il que ce rêve  aussi se heurte à l’amère réalité du paysage culturel marocain ? Fallait-il que le matériel tue encore le spirituel ? Souffrirons-nous ce crime les mains croisées ?

Crédit photo : Anouar Oubnichou

DABATEATR citoyen, ce fut pour plusieurs l’éveil, un brin de culture qui console du vide céans. C’était le réveil des consciences et l’avènement du débat, une invitation à penser, s’instruire, s’amuser, partager, explorer… et bien plus. Je ne vous dis pas cela pour vous attrister ou gâcher votre journée, nous avons déjà un trop plein de geignards inactifs, qui condamnent tout mais ne font rien.

Crédit photo : Anouar Oubnichou

C’est que DABATEATR Citoyen a conquis, par la beauté de ses œuvres et leur pertinence, un public nombreux et attaché à sa cause. Il ne fera pas de sit-in et ne vandalisera pas, mais il sera frustré et triste. Triste parce que la bougie, ayant à peine commencé à éclairer, sera éteinte par le vent trop puissant à son encontre, ne trouvant pas d’abri entre vos mains indolentes. Triste parce que l’espoir d’un Maroc autre, d’un Marocain autre, chez qui la culture serait une nécessité de tous les jours et non un luxe,  mourra étranglé dans l’œuf. Voyez-vous, ad Augusta per angusta*, DABATEATR Citoyen  a réussi, c’est une lueur pour tous…Ne la laissons pas mourir, les autres se perdraient sinon dans l’abîme  du désespoir…Ils n’auraient plus de raison de naître, car le théâtre, la culture seront restés persona non grata* ici bas qu’est notre patrie, plus bas encore que le monde dès lors.

Cepandant, pour écarter toute confusion, DABATEATR, la compagnie, continue quant à elle d’exister outre ceci. Les LA3BOODABA, DABATELIER et tout ce qui n’est pas DABATEATR Citoyen continuera de se faire, dans l’attente d’une issue qui permettrait de renouer avec DABATEATR Citoyen.

————————————————————
* ad Augusta per angusta: A des résultats grandioses par des chemins étroits

* persona non grata: Personne indésirable