Coup de coeur : L’Orchestre des Aveugles de Mohamed Mouftakir #FIFM

On connait enfin la date de sortie du dernier film de Mohamed Mouftakir, puisque l’Orchestre des aveugles sort dans toutes les bonnes salles marocaines le 13 Mai prochain. 

L-Orchestre-des-Aveugles-1000-640

Seul film marocain en compétition à la 14e édition du Festival International du Film à Marrakech, L’Orchestre des aveugles conquiert déjà les cœurs des spectateurs de la grande Salle des Ministres au Palais des Congrès à sa projection ce Mercredi 10 Décembre.

L’Orchestre des aveugles c’est l’histoire d’une famille très modeste dont les membres, certains musiciens pour les hommes et danseuses de folklore « chikhates » pour les femmes, forment un petit orchestre qui anime des mariages ou des fêtes de circoncision. Pour les soirées réservées exclusivement aux femmes, le petit orchestre se fait occasionnellement aveugle. Certaines scènes sont par conséquent d’un comique de situation moliéresque. Le long métrage offre une palette de personnages racontant chacun une histoire, et renseignent à bien des égards le spectateur marocain sur sa propre histoire.

Parmi les figures importantes, il y a d’abord le père Houcine (joué par le grand Younès Migri) et l’oncle Abdellah (joué par Fehd Benchemsi). Houcine est un père attentionné, qui remercie les Francis (appellation des Français durant le Protectorat) de lui avoir appris la « bonne musique », il désire que son fils bénéficie des chances dont il a été privées dans sa jeunesse. Illettré, il veut que son fils soit meilleur que son père et toujours en tête de classe. L’enfant, Mimou, sur lequel on exerce un peu trop de pression, est poussé à devoir falsifier ses bulletins avec l’aide de son oncle. Chez ce même oncle il pioche quelques vers et slogans politiques qu’il part répéter, sans en comprendre la signification parfois, à Chama, une adolescente plus âgée mais qu’il aime tant et tente d’impressionner et d’approcher en lui offrant des petits gâteaux volés dans la soirée que son père animait. L’oncle Abdellah apparaît ici comme un militant communiste, dont les murs de sa chambre sont tapissés de portraits de Marx, de Lénine et de Mao. Il est aussi poète et s’improvise saxophoniste quelques fois. Contre le régime et pour la démocratie dans un pays où l’oppression prive les citoyens de leur droit à la liberté d’expression. Abdellah essaye ainsi d’organiser une révolution dans l’ombre, distribue des tracts et imprime des articles dans la clandestinité. Il le paiera cher.

Image de prévisualisation YouTube

Émouvant, poétique et nostalgique, son auteur, Mohamed Mouftakir, y traite de sujets difficiles, voire tabous,  tels que le manque de liberté d’opinion durant les années 60 et 70 (années de plomb), mais on y retrouve aussi des valeurs fortes qui y sont dépeintes à travers la relation liant le père, le violoniste Houcine Bidra, à son fils, Mimou. Le film change des long métrages aux thèmes recyclés, souvent mal tournés. L’Orchestre des aveugles est un film esthétique où l’image et le son sont travaillés, où le scénario est structuré, solide et séduisant. L’Orchestre des aveugles est enfin un espoir pour le cinéma marocain.