Contre l’islamophobie, Miss Marvel à la rescousse

Miss-Marvel

Article rédigé par Noémi Capell pour Impact Magazine

À San Francisco, un collectif d’artistes utilise l’image de Kamala Khan (Miss Marvel), la première super-héroïne musulmane de l’univers Marvel, pour lutter contre des messages islamophobes affichés sur une cinquantaine de bus municipaux.

« L’islam hait les Juifs : c’est dans le Coran »

Quelques jours après l’attaque de Charlie Hebdo et du supermarché casher à Paris, les habitants de San Francisco ont reçu un choc en découvrant sur une cinquantaine de bus municipaux des posters affichant des messages plus que controversés. « L’islam hait les Juifs : c’est dans le Coran » et « Arrêtons la haine » faisaient parti du lot, ainsi qu’une phrase incitant les américains à arrêter de financer les pays musulmans. Pire, l’islam est comparé au nazisme : on peut voir une image de Hitler discutant avec le grand Mufti de Jérusalem Hadj Amin Al-Husseini.

2-eRZzUZl

En guise de protestation, Street Cred, un collectif d’artistes, a placardé des posters du personnage de Miss Marvel à même les affiches anti-islam. À la place des messages dérangeants, les artistes ont rajouté : « pour tous ceux qui luttent contre l’intolérance », « éradiquons le racisme » ou encore « la liberté d’expression n’est pas un droit pour répandre la haine ». Des cœurs roses camouflent le message initial demandant l’arrêt de l’aide financière et les mots « Stop the hate » (arrêtons la haine) sont gardés.

3-BEtkGSp

À l’origine des déclarations polémiques, se cache l’Initiative de défense de la liberté américaine, aussi appelé Stop à l’islamisation de l’Amérique, dirigée par Pamela Geller.

Blogueuse activiste contre l’islamisation de son pays et auteur de Stop the Islamization of America : A Practical Guide for the Resistance, Pamela Geller n’en est pas à son premier coup puisqu’elle a déjà mené la même action dans le métro new-yorkais en septembre 2014. Connue pour ses idées radicales voire haineuses, son message est clair : il faut d’une part arrêter l’islamisation des États-Unis et d’autre part cesser toute aide financière aux pays musulmans.

Promouvoir la paix, l’amour et la tolérance ?

D’origine pakistanaise et de confession musulmane, Kamala Khan est une ado américaine de 16 ans pas tout à fait comme les autres. Entre tradition musulmane, sa famille aux valeurs conservatrices et ses envies et inquiétudes de jeune fille, Miss Marvel possède en plus des super pouvoirs, un humour bien punchy. « Belle et forte », comme aime la décrire sa créatrice G. Willow Wilson, la première super-héroïne musulmane de l’univers Marvel manie finalement son don de métamorphose pour lutter contre la xénophobie et faire bouger la société.

En utilisant l’image de Kamala Khan, Street Cred souhaite combattre l’islamophobie et affirme vouloir promouvoir la paix, l’amour et la tolérance. Mais qui sont vraiment ces artistes ?

1-NEZtjub

Sur leur blog Baaqup, le portrait du collectif se dessine plus clairement. Le groupe d’artistes n’hésite pas à associer Pamela Geller et ses messages islamophobes aux dessins provocateurs de Charlie Hebdo : « Un jour après l’attaque de Charlie Hebdo et les meurtres au supermarché casher à Paris, l’un d’entre nous a envoyé un message aux autres « Soyez prêt, Pam Geller arrive ». Moins de deux heures après, des posters comparant l’islam au nazisme apparaissaient sur les bus municipaux de San Francisco ». J, un des artistes, ajoute même que « ce n’est pas parce que vous avez le droit de dire quelque chose qu’il faut le dire. La liberté d’expression a un coût », une accusation directement dirigée contre Pamela Geller et probablement aussi contre Charlie Hebdo.

Protégée par le premier amendement de la Constitution américaine, la liberté d’expression est un droit très précieux pour les Américains. Alors, même si le maire de la ville et le directeur des transports critiquent et dénoncent tous deux les messages offensants de Pam Geller, ils ne peuvent refuser leur publication. De plus, la blogueuse ayant payé les emplacements des panneaux publicitaires, la municipalité se doit de lui en proposer de nouveaux pour la dédommager.

Street Cred vs Pamela Geller : la guerre des posters continue

Miss Marvel se retrouve finalement malgré elle au cœur d’une polémique qui ne fait que s’envenimer. Car dans leur droit, Pamela Geller et L’Initiative de défense de la liberté américaine ont réinvesti la place publique et ont renchéri par des messages accusant le gouvernement d’antisémitisme. Et voilà maintenant deux groupes s’accusant respectivement d’islamophobes et d’antisémites. La guerre des posters peut continuer.

Pam-Geller-accusing-government

Si cette rixe opposant Pamela Geller et le collectif Street Cred parvient à alimenter le débat sur la liberté d’expression et ses limites, elle sert surtout à étaler des opinions politiques dangereuses et aux points de vues extrêmes. En tout cas, la situation est bien loin d’être terminée. On attend la réponse de Street Cred.