C’est la vie de Khaled: La déchéance du roi du Raï

 

Le raï n’a plus de roi .

Khaled, de par la médiocrité de son dernier album « C’est la vie », s’est déchu de son trône. Je ne lui prêterais pas allégeance, pas pour cela. C’est comme si, à l’image des stars du football en fin de carrière,  Khaled serait allé jouer au Golfe, pour  amasser de l’argent qui pourrait maintenir le niveau de vie de star qu’il mènerait. Cela désole de devoir ainsi démystifier celui dont les chants embaumaient les cœurs des mélomanes de tous temps et partout où sa chanson se comprend. Ce qui est sûr, c’est qu’on verra cet album comme une parenthèse à fermer au plus tôt, et l’on continuera de se délecter des anciens tubes comme Bakhta, Aicha, et compagnie. S’il a le mérite d’être réussi sur le volet sonorités, et dans quelques vocalités de Khaled qui laissent entrevoir la gloire d’antan, comme quoi « ila mcha zzine tateb9a 7roufou », le tout semble avoir une vocation  »discothécale » avec des sons invitant à la danse se répétant à l’infini. La magie de RedOne n’aura pas eu l’effet escompté et, en somme, et par un suffrage général, ce sont des chansons plaisantes à écouter, mais qui ne franchiraient pas le cap de la deuxième écoute.

Ceci dit, il est impossible de toujours se tenir à l’excellence ad vitam aeternam, mais Khaled est victime du cliché désormais connu des stars qui ne savent plus tirer leur révérence à temps, et dont l’art, à la variété de ses formes, se trouve avili quand il devient leur gagne pain, l’aspect lucratif bridant désormais leur passion et les contraignant à se calquer aux attentes du public.

A ceci près qu’il n’est vraisemblablement pas viable de traiter des intentions de telle ou telle action, on pourrait voir dans cet album une tentative de redonner un souffle de vie au raï agonisant, dont tous les bons titres s’inscrivent désormais au passé, du temps où la trinité (Khaled, Mami, Hasni) donnait voix, de ses puissants roucoulements, aux misères du peuple et ses frustrations. L’excès de technicité, appairé aux frasques de ses gens, aura perdu le raï, la chanson en tout peut être, et relégué le premier au rang de musique plébéienne sans mérite aucun.

Voici donc un lien pour écouter le dernier album, vous en jugerez autrement peut être…

http://www.khaledcafe.com/