Carnets de voyage : aux origines de Che le révolutionnaire

A toute chose une origine. Carnets de voyage est la description des prémices d’un destin qui marquera l’histoire du monde contemporain. Ce film revient sur une partie très peu connue de la vie de Che Guevara, une étape qui fut pourtant à l’origine du révolutionnaire, quand le grand Che n’était alors qu’un simple étudiant en médecine, en fin de parcours universitaire, du nom de Ernesto Guevara De La Serna.

« Carnets de voyage », réalisé par le brésilien Walter Salles, est  le récit du périple de deux jeunes hommes à travers l’Amérique Latine en 1952 ; Ernesto Guevara de la Serna et Alberto Granado, respectivement étudiant en médecine et biochimiste. Les faits racontés se basent essentiellement sur les écrits légués par Che ainsi que les propos du Docteur Alberto Granado, vivant jusqu’en 2011 à la Havane, et qui y est décédé il y a un peu plus d’une année.

Ce voyage rêvé mènera les deux amis à travers l’Argentine, le Chili, le Pérou et la Colombie, avant d’échoir au Venezuela. Tout un parcours qui leur fera découvrir des réalités qu’ils ignoraient avant d’entreprendre leur projet. Ils seront témoins de la pauvreté, de l’indigence et de l’injustice que subissent les peuples autochtones de ces pays, principalement à cause de la mentalité capitaliste en forte montée. Malheurs auxquels s’ajoutait la lèpre, qui était répandue parmi ces populations, ce qui ne pouvait qu’interpeller le jeune Ernesto, justement spécialisé en léprologie. Ces réalités, une fois vues à nu, ne pouvaient laisser deux âmes aussi vives dans l’indifférence.

Le long métrage interroge également le sort subi par les vieilles civilisations d’Amérique Latine et l’identité commune des peuples de cette région, idées reconnaissables dans la pensée et les discours de Che Guevara, quand ce dernier mènera, huit ans après ce voyage, la révolution cubaine aux côtés de Fidel Castro, contre le régime de Fulgencio Batista.

Photo prise au Péru en 1952.

De son titre original « Diarios de un motocycleta », ce film est officiellement argentin. Mais pour rester fidèle aux idées qu’il défend, il est réellement le fruit d’une collaboration latino-américaine, dont témoigne la diversité des acteurs et de toutes les équipes qui ont participé à sa réalisation, afin de le présenter au public en 2004. Il recevra de nombreux prix et distinctions à travers le monde.

La qualité d’interprétation des deux jeunes acteurs, Gael García Bernal (Ernesto) et Rodrigo de la Serna (Alberto) laisse presque sans mots. Ils réussiront au fil des séquences à faire transcender vos émotions, entre la pitié, la rage et la compassion. Le film ne manque pas d’humour non plus à certains de ses moments: Une œuvre complète !

Photo prise durant le voyage en 1952.

Bande annonce