Amin Maalouf, confidences d’un académicien

  • Livre  - News
  • mardi 16 octobre 2012 à 17:46 GMT

Membre de l’Académie Française depuis juin 2012, il était devenu rédacteur en Chef de Jeune Afrique après avoir quitté en urgence sa terre natale, le Liban, car ravagée par la guerre en 1976. Il s’adonne à l’écriture, sa passion première et nous produit chef-d’œuvre sur chef-d’œuvre. Le dernier en date, les Désorientés, défraie la chronique et enchante les critiques qui ne tarissent pas d’éloges. Vous l’avez surement deviné, je parle de l’incomparable Amin Maalouf.

« Écrire un livre est une manière d’intervenir dans ce qui se passe dans le monde. »

Crédit photo : Miryam LAHLALI

C’est donc pour présenter son dernier ouvrage que Amin Maalouf est venu se donner en conférence au sein de mon université d’accueil, devant une salle archi-comble et un public des plus attentifs. Il y parle d’Adam, son protagoniste et du déchirement qu’a provoqué  la rupture avec ses racines mais aussi de la violence des souvenirs et des regrets qui l’ont accompagnés dans son voyage et après son retour à son pays d’origine, à cette terre qu’il a fui à cause de la guerre.

« Le 20ème siècle s’est terminé avec l’échec des idéologies. De cet échec résulte un vide intellectuel. Nous devons dès lors penser le monde avec conviction et non par des systèmes, en trouvant des solutions et non en attendant que les choses se résolvent d’elles même. » Dit l’auteur en parlant des révolutions arabes.

«  Les Désorientés » est l’histoire de cette tension entre ceux qui restent et ceux qui décident de partir, ceux qui ne se reconnaissent plus, qui ne retrouvent plus rien de leurs « identités subtiles » comme se plait à le dire Amin Maalouf.  Dans son nouvel ouvrage, le lecteur baigne dans la nostalgie du passé, dans l’amertume d’avoir été forcé à quitter les siens. En parlant d’Adam, mais surtout en nous faisant part de son expérience personnelle Amin Maalouf affirme :  » Je n’appartiens ni à un monde, ni à l’autre » .

 Crédit photo : Miryam LAHLALI

Un roman intimiste peut-être,  mais pas que ! Amin Maalouf y conte un idéal, celui d’une jeunesse passionnée et optimiste qui croit en un monde meilleur, une jeunesse capable de changement. «  Le monde sera ce que vous en ferez »  nous dit-il. «  Les Désorientés »  est une réflexion sur le monde, la religion, la guerre et l’Histoire. Cet aspect analyste du livre transparaitra dans les questions posées par l’auditoire, toutes axées politique, monde arabe et recherche identitaire. On y parlera de démocratie, de gouvernement mondial mais surtout des révolutions arabes.

 » Le monde arabe a fait en six mois ce que les autres populations n’ont pas réussi à faire pendant des décennies entières. »

La conférence se terminera sur une note d’espoir, Amin Maalouf affirmera : «  Je suis un optimiste inquiet, mais aussi inquiet que je sois, je fais confiance à l’humanité. » .