Dessine moi un Monopoly

Marrakech, le 24 Novembre 2012, inauguration de la BCK ART GALLERY à Marrakech. Un invité très spécial était à l’honneur: Alec Monopoly.

D’Alec Monopoly, nous n’avons pas grand chose à vous dire; Américain de 27 ans arborant constamment un bandana noir, un masque … Qu’importe: Seuls quelques rares intimes pourront se vanter de l’avoir vu. Street-Artist de renommée, figure mondiale du Graffiti, il tagua New-York, et acheva un de ses Shows … Par une course poursuite contre la police: Pas question de passer par la case prison.

Cet artiste précoce a réalisé sa première exposition à 21 ans, à la villa de Donald Trump. Il se forgea une renommée rapide, à travers plusieurs quelques expositions  ; Parmi ces fans l’on compte un certain Robert de Niro. En 2011, Alec exposa ses tableaux à la Galerie 38, à Casablanca. Le mal du pays fut trop fort pour qu’il n’y revienne pas: Le re-voici à Marrakech, avec une nouvelle exposition.

Mr Monopoly : Passage par la case prison.

Visiteurs de la BCK ART GALLERY, vous aurez l’opportunité de voir une exposition attractive; Vous verrez le mythique Monopoly Man, ce moustachu aux petits airs bourgeois, sous toutes les postures & impostures. Sur fond de journaux locaux, sélectionnés pour leurs thèmes sociaux-économiques, le Monopoly Man fait  tour à tour le pianiste, l’indigné, le magnat de l’immobilier. On le voit également émerger du célèbre « Campbell’s Tomato Soup », célébré par Warhol, en faisant voltiger billets de Dollars.

Vous aurez également l’opportunité de contempler  de près deux grandes œuvres: L’une représentant Michael Jackson, l’autre Jimi Hendrix. Rapprochez-vous un peu; Elles sont peintes sur partitions de Hey Joe, Purple Haze, ou encore Billie Jean.

Nous avons pu poser la question fondamentale à Alec: celle de la genèse de son idée…

Une partie de Monopoly lors de la crise de 2008.

L’idée lui est venue lors d’une partie de Monopoly, en 2008. Mr Monopoly, symbole de la richesse éphémère qui s’exhibe le temps d’un lancer de dés, pour rejoindre la boite aux rêves une fois le jeu fini, l’a inspiré. Le succès ne se fit pas attendre, il fut ponctuel: Ses œuvres créèrent, et créent encore la surprise.

L’exposition se poursuit jusqu’au 25 décembre. Marrakchis ou visiteurs de la ville ocre, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !