Agenda / Ou est la culture ? #12

  • Agenda 
  • mardi 18 novembre 2014 à 13:04 GMT

Ou est la culture cette semaine ? Dans un concert du groupe Jadal, à la nuit des philosophes, ou à l’atelier de la source du lion, découvrez  notre sélection d’événements culturels de la semaine. 

Concert : Des sons electro venu du pays basque

Displaying gose.jpg

L’institut Cervantes de Casablanca se met à l’heure de la musique électronique en y consacrant une programmation spéciale.

GOSE est un trio du Pays Basque qui s’est formé en 2004. Ils fondent leur travail sur un nouveau concept de la Trikitixa (accordéon diatonique basque) qu’ils fusionnent avec de la musique électronique pour créer des rythmes tranquilles,élégants, solides, et malléables toujours à partir de la culture, la langue et la musique basques. Ils créent des ambiances de danse, de world-music, de rock et de punk. Pour poursuivre l’expérience le groupe offre le lendemain de son concert une Masterclass de Tikitexa à la villa des arts de Casablanca.

Le Jeudi 20 novembre 2014 à 20h au théâtre de l’Institut Cervantès de Casablanca. Entrée libre.

 

Débat d’idées, rencontres et spectacles : La nuit des philosophes 2014

Organisée par l’Institut français du Maroc, en collaboration avec le pôle Idées et Savoirs de l’Institut Français à Paris, cette première Nuit des philosophes s’inspirera de celles de Londres et de Berlin. Manifestation sans précédent, elle réunira à Rabat et à Casablanca de nombreux philosophes de France et du Maroc pour une soirée qui se voudra festive et animée des grandes questions philosophiques : la vocation du philosophe, un engagement ? Artistes et philosophes, un dialogue nécessaire ? Qu’est ce qu’être citoyen aujourd’hui ? D’autres thèmes seront abordés durant cette soirée sous différentes formes. Discussions, table ronde, spectacles, forums, projections et impromptus alterneront pour faire de cette nuit une immense agora ouverte sur le monde de la pensée.

 Vendredi 21 novembre 2014 : Rabat, Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (avenue Ibn Khaldoun, Tram ligne 1)
 Samedi 22 novembre 2014 : Casablanca, Institut français (121 Boulevard Zerktouni)

 

 Une heure, une oeuvre : PIERRE PAULIN, L’HOMME ET L’OEUVRE, UN DESIGNER CULTE

L’atelier de la Source du Lion, propose le jeudi à 19h00, une rencontre avec Nadine Descendre, autour du designer culte Pierre Paulin

Pierre Paulin (1927-2009) est la figure de proue du design français. Secret, silencieux, il se qualifiait lui-même de « loup solitaire », il inspira pourtant dès les années 50 d’innombrables créateurs de mobilier. Nombre de ses créations – le fauteuil Ruban, le Champignon, le Globe – ont bouleversé nos environnements et la manière de les habiter.  Passionné par les technologies et les innovations qui les rendent possibles, il n’a cessé d’évoluer et d’étonner par des choix et des revirements inattendus qui révèlent la force d’une oeuvre unique qui tient plus de la sculpture et de l’art que du design proprement dit.

Après des études supérieures de philosophie et de lettres, Nadine Descendre est devenue journaliste dans la grande presse et critique d’art pour la presse spécialisée (Esprit, les Nouvelles littéraires, l’Express etc.), auteur et réalisateur de documentaires et commissaire d’expositions. Elle a assuré ensuite différentes responsabilités : chargée de mission pour les droits de l’homme au Ministère de la culture, directeur de l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes, directeur de l’Institut français de Rabat au Maroc, chef de la Mission 2005 en Lorraine, chargée de mission pour Marseille-Provence 2013. Elle dirige aujourd’hui l’Agence Interculturelle Européenne (A.I.E.). Elle n’a jamais cessé de collaborer à différentes revues spécialisées et est l’auteur de plusieurs livres dont Le Bottin des Lumières distribué (Ed. de l’Esban/Actes Sud), plusieurs ouvrages sur l’art arabe contemporain, dont le dernier paru sur Mohamed El baz (Ed. Skira) et en octobre 2014, Pierre Paulin, l’homme et l’oeuvre (Ed. Albin Michel).

Le jeudi 20 Novembre à 19h00 à La source du lion. 113 avenue Mers Sultan – étage 6 – appt 11 – Casablanca . Entrée Libre

 Documentaire : Boxe avec Elle


Documentaire réalisé par Trabelsi Salem (Tunisie, 2012)
Durée : 52min

Elles ont choisi de monter sur un ring et de se battre…pas pour se défouler mais pour arracher des titres et pourquoi pas une Médaille Olympique qui les sortirait de leur condition très modeste ! Wided Younsi (championne d’Afrique 2010), Rym Jouini (vice championne du monde 2010), Houda et Marwa Rahali (championnes de Tunisie (de 2008 à 2010), .Pourquoi ont-elles choisi de boxer ? Quel regard la société arabo-musulmane pose-t-elle sur ces femmes pugilistes ? Comment ces battantes voient-elles leur avenir dans une société machiste qui ne jure que par le mariage ? Elles ont baissé leur garde le temps d’une confession !

Le 22 Novembre 2014 à 17H00 à la Bibliothèque El Kadiri – El Jadida

Le 27 Novembre 2014 à 18H30 à l’Institut français de Rabat – Rabat

Le 28 Novembre 2014 à 18H15 à la Médiathèque Tachfini – El Jadida

Concert : Jadal enfin au Maroc

Image de prévisualisation YouTube

Jadal est avec Mashrou’ Leila ou encore Cairokee l’un des fleurons de la nouvelle scène alternative arabe. Le band a été formé en 2003, à Amman, par le producteur et compositeur Mahmoud Radaideh. Ils ont à leur actif deux albums « Arab Rocks » paru en 2009 et « El Makina » en 2012.

Le groupe se produira également dans l’émission Korsa Live sur 2M.

Le groupe jordanien Jadal se produit sur la scène du Boultek, le samedi 22 novembre à partir de 20h30.

 

Photographie : Rachid Ouetassi: Tanger, le tournant

La tourmente immobilière qui balaie le paysage de Tanger depuis quinze ans manifeste la transformation de la ville, son changement de statut dans le pays. Berlin a connu « die Wende » : une frénésie immobilière après 1989, son statut, ses fonctions ont été révisés en fonction de sa position géopolitique. Le cœur de l’Europe a alors basculé vers l’Est. Tanger connaît son tournant et d’une périphérie oubliée devient une plate-forme centrale pour l’avenir du Maroc.

Mais ce que donne à voir Rachid Ouetassi, lui qui est né ici et a vu directement ces mutations brutales conduisant d’un Tanger mythique endormi, encore « international », vers le Tanger Métropole deuxième ville du royaume, est autre. Moins de paysages, plus de visages.

Ceux qui font Tanger aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’en 1990. Ses portraits argentiques, en noir et blanc, restituent avec délicatesse l’évolution d’une société intellectuelle, artistique toujours ouverte sur le monde mais plus marocaine, plus diverse dans ses pratiques.

Jusqu’au 30 Décembre 2014 à la Galerie Delacroix – Tanger