3 ans après la mort d’Amina Filali, plusieurs musiciens lui rendent hommage

Image de prévisualisation YouTube
Le 10 mars 2012, le suicide d’Amina Filali, contrainte d’épouser son violeur à l’âge de 15 ans, transcende la société civile :  ONG, associations et mouvements féministes pointèrent toutes du doigt l’article 475 du code pénal marocain qui stipule qu’en cas de viol, le « violeur » risque cinq ans de prison à moins qu’il n’épouse sa victime. Après sit-ins et pétitions, le deuxième paragraphe de l’article 475 sera finalement abrogé.

Pour ne pas oublier et lui rendre hommage, le groupe marocain de rock moderne Lazywall lui a dédié un single, « 475 » . De nombreuses personnalités se sont jointes à cet hommage dont notamment Réda Allali du groupe Hoba Hoba Spirit, Hamid El Hadri (chanteur et compositeur du groupe Mazagan), Nawel Ben Kraiem, chanteuse et compositrice tunisienne, Sarah Ariche (jeune talent qui interprète plusieurs titres avec le groupe), Mark Levine (écrivain et guitariste américain, auteur du livre « Heavy Metal Islam), Ruby Smith (danseuse américaine qui joue dans le clip) et Younes Fakhar (joueur de luth et membre de Lazywall).

Depuis l’écriture de cette chanson, la loi a changé mais les mentalités tardent à suivre, et comme le répète Nao le vocal du groupe, « It isn’t over », il y a encore un travail à faire pour éveiller les consciences.

475, est extrait du nouvel album de Lazywall, Square Minds in Round Heads. Un album à leur image : rock, engagé, et marocain.