10 pochettes d’albums marocains cultes des années 70

  • Musique 
  • mercredi 11 février 2015 à 11:54 GMT

La scène musicale marocaine des années soixante, soixante-dix et allant jusqu’aux années quatre-vingt était riche  de groupes cultes qui ont marqué l’histoire de la musique à l’échelle internationale. Cet article vous propose une petite tournée chronologique de quelques unes des meilleures pochettes d’albums de cette époque mythique.

Nous sommes en 1975, tu as dix-huit ans, tu entres dans une boutique vinyles et tu y trouves  Les frères Megri: Leurs pochettes d’albums illustraient exclusivement des moustaches à en faire envier Frank Zappa et des poses on ne peut plus #badass.

10941442_919553238055845_7175933844624745757_n

hqdefault

Juste à coté des Frères Megri tu tombes sur cette cassette des Lemchaheb, ou les torches de feus en Darija. Tu es  sûr d’avoir vu des têtes comme ça quelque part, et BAM! l’image du livre de Géo te revient en tête puisque Lemchaheb se sont aussi apparemment  inspirés du Mount Rushmore pour réaliser cette couverture d’album.

10606244_918832214794614_7591131775221313820_n

A gauche, sur le comptoir derrière lequel se dresse le guettant Ba Hassan, tu trouves enfin ce que tu cherches: Les Nass El Ghiwan, groupe légendaire du Maroc des années 70-90. Connus pour leurs opinons politiques très controversées, le groupe préférait garder son coté Funky pour ses couvertures d’albums!

115906813

115760346

Alors que les Frères Megri, Lemchaheb et les Nass El Ghiwan produisaient de la musique en arabe classique ou en Darija en mêlant des rythmes du Melhoun au psychédélique, Les Golden Hands faisaient partie de cette minorité artistique marocaine qui chantait en langue anglaise du funk, et de la Creedence. Bien qu’ils n’aient pas produit beaucoup de disques, tu retrouves à côté de multiples disques de Nass El Ghiwan quelques uns des Golden Hands  et tu arrives même à t’inspirer d’eux pour ta prochaine coupe de cheveux!

036GoldenHands

images (2)

Enfin, ayant fait le tour de la boutique, tu vois un poster d’un beau jeune homme répondant au doux nom de  Vigon, il chante Sidi Hbibi ainsi que Harlem Shuffle. C’est la Star du rythm and blues à la marocaine, le seul et unique « petit ange noir », Vigon ou de son vrai nom Abdelghafour Mouhsine. Vigon chantait en langue anglaise et en berbère Soussi, et si le rythm and blues en Soussi n’existe même pas en 2015, il existait bel et bien en 1960 dans des chansons cultes tel que Rassa.

   52590063406_vl_625 7zlv2i29

Et puis tu te diriges vers la sortie, sans rien acheter, parce que tu n’as pas de tourne disques, mais que tu voulais quand même voir ce qui se passait dans cette petite boutique qui se trouve près de la maison de tes grands-parents à Bab el Hed.